Entrez à Ilvermorny et venez étudier dans la célèbre école de sorcellerie, travailler au COMEUDA ou même boire un verre à Cockaigne, petit village entièrement sorcier situé au pied d'Ilvermorny !
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Azael C. Hemlock ~ Plante qui veut, élève qui peut...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité




Azael C. Hemlock
C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut...
Nom : Hemlock, un nom qu'elle s'est choisi après son divorce pour reprendre une vie à zéroBaguette : Ebène, plume de queue d'oiseau-tonnerre, 25.3 cm, baguette instinctive et vive.

Prénom(s) : Azael Caliel, des prénoms en lien avec les anges comme le souhaitait sa mère.

Sortilège favori :Episkey

Surnom(s) : Certain l'appelle Aza, d'autre juste Zael. Tant qu'il s'agit de personne qu'elle apprécie, peu lui importe.

Patronus : Une panthère nébuleuse

Naissance : New York, le 31 août 1977.

Épouvantard : La plus grande peur d'Azael se présente sous la forme d'un miroir dans lequel elle voit son propre reflet. Une image de la femme qu'elle a été durant la fin de son mariage, un être empli de colère et sans coeur. La part d'ombre qui vit en elle et qui a prit possession d'elle à cette époque. Elle a toujours peur de redevenir cette femme. Un monstre.

Sang : mêlé

Ambitions : Oublier ses erreurs passées et éviter de se laisser aller à les reproduire...

Métier : Professeur d'Herbologie

Animal de compagnie : Un quokka du nom de Thor car elle l'a trouvé apeuré un jour d'orage.

Informations importantes
- Possède toujours au moins un grelot sur elle, la plupart du temps il s’agit d’un bracelet qui en contient une dizaine. C’est un son qui la rassure et lui donne du courage en cas de besoin. Azael pense qu’il y a une ancienne magie protectrice dans le tintement des grelots.
- Marche pieds nus dés qu’elle en à l’occasion mais ce qu’elle préfère, ce sont les fontaines et les pièces d’eau. Azael se sent très liée à la nature mais plus encore à l’eau. C’est pour elle un ressourcement d’être en prise directe avec les éléments.
- A un regard qui peut mettre mal à l’aise tant il lui arrive souvent de fixer les personnes qui l’entourent. Ce n’est pas tant qu’elle le cherche mais elle aime observer les gens, les comprendre et analyser leur comportement. Cela peut être une sensation dérangeante…
- Incapable de refuser un bon défi, pour peu que ça ne mette pas son petit frère en danger. Son esprit compétiteur ne peut résister à l’adrénaline de ce genre de jeu.
- Somnambule, il n’est pas rare qu’elle se réveille loin de son lit. Cela peut se révéler drôle quand ce n’est pas carrément dangereux.
- Quand elle sourit, qu’elle est un peu intimidée ou veut jouer un tour à quelqu’un, elle se colle la langue sous les dents de devant, bien serrées.
- On la voit souvent revenir de l’extérieur, couverte de tâche de terre ou de boue. Sa passion pour les herbes la pousse à fouiller les environs dans le but de trouver la perle rare.
- Azael écrit un livre en secret, un roman dans lequel elle tente de mélanger l’herbologie et l’histoire d’une quête.

Caractère
Azael est énigmatique et difficile à saisir, en effet c’est une femme sympathique et sociable néanmoins, peu de gens peuvent affirmer savoir qui elle est vraiment. Comme si, tout ce que la sorcière ne désire pas laisser voir, se trouvait enfermé derrière de hautes murailles protectrices…

On la décrit donc plutôt lunatique, ce qui explique aux yeux de tous qu’elle soit en règle générale quelqu’un de sociable, voir même charmante, surtout quand elle désire quelque chose… et moins d’une seconde plus tard, elle devienne taciturne et glaciale. Ce n’est pas tant qu’elle n’aime pas la compagnie des autres, au contraire, mais disons simplement que la jeune femme aime aussi la solitude. Par ailleurs, c’est dans ces moments d’isolement qu’elle se permet de se relâcher sans chercher à être constamment au top pour les autres…

Un brin manipulatrice, elle utilise son empathie naturelle pour comprendre son interlocuteur et s’y adapter. Ou au contraire, tout faire pour rendre la personne dingue en ne montrant des côtés de sa personnalité qui se veulent horripilants. C’est un jeu pour elle, un défi que de réussir à deviner ce qui agira au mieux selon la personne qui lui fait face. Ses victimes sont d’ailleurs souvent les gens qui se croient au dessus de la masse ou qui cherchent  à asseoir leur autorité à cause d’un simple nom de famille, d’une fortune,…

Car oui, elle ne le cache pas c’est aussi une vraie emmerdeuse. Se refusant à accepter tout ce qui lui semble intolérable, Azael n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat. Encore et encore jusqu’à obtenir satisfaction. Et si la voie respectable n’est pas suffisante, qu’importe, elle fera les détours nécessaires pour obtenir ce qu’elle croit juste. Que ce soit la bieraubeurre de victoire de match, le sourire d’un collègue qui se cache sous son masque de glace, une note plus juste pour un élève,…

À côté de ça, peu de gens le savent mais c’est une femme d’une grande loyauté aux personnes qui auront réussi à dépasser sa méfiance pour entrer dans son cercle (restreint) de vrais amis. C’est-à-dire de personnes qui le connaissent en profondeur… Pour ces gens, elle donnerait sa vie, pour les autres un doigt devrait suffire, non ?

Protectrice et tendre, elle a l’âme d’une sauveuse, surtout quand elle prend des gens sous son aile. Mais toujours en discrétion car elle n’aime pas montrer cette facette de sa personnalité et ne supporte pas la gratitude des gens… Elle ne croit pas le mériter après le comportement qu’elle a eu dans le passé. C'est d’ailleurs souvent par l'humour ou la dérision qu'elle réagit face aux sentiments forts, car entre nous soit dit, elle en a peur et tend avant tout à s’en protéger. Et lorsqu’elle se sent trop mise à nu, elle a tendance à utiliser les taquineries, voir dans les cas les plus intenses, la moquerie pour se sortir de la situation.

Elle-même a apprit très tôt à se débrouiller seule. Elle est donc très autonome et ne demande pas facilement de l’aide aux autres. Trop fière vous direz vous, mais en réalité, il n’y a pas que ça. Certes, il y a une part d’orgueil en elle mais au-delà de ça, elle ne supporte pas ses faiblesses, ne les accepte pas quand au contraire elle ne demande pas mieux que d’aider les autres.

Curieuse de nature, Azael sait prendre des risques et s'engage volontiers dans la voie de la nouveauté et des changements. Elle a besoin de regarder plus haut ou plus loin pour progresser, et de se remettre ainsi en question. Elle se montre capable d'efforts continus et d'opiniâtreté, jusqu'au moment où la monotonie lui devient insupportable et où un désir de nouveauté se fait sentir.

Courageuse et combative, elle tente toujours de saisir les opportunités. Elle est aussi entêtée et a tendance à penser que ce qu’elle fait, les autres peuvent le faire aussi. Cela entraîne parfois quelques conflits avec ses proches. Mais on peut lui faire confiance car plutôt franche et droite, Azael dit ce qu’elle pense.
Ce qui lui a valu plusieurs ennuis avec des supérieurs hiérarchiques dont elle refusait d’accepter l’autorité… En effet, avant de le voir plier le genou face à une personne représentant une quelconque supériorité, la jeune femme doit lui reconnaître une certaine valeur. Être convaincue qu’il s’agisse d’une personne de confiance… du moins selon ses propres critères.

En bref, Azael a une forte personnalité qui, sous des dehors de froide justicière à la tête brulée, se cache des trésors de sensibilité. Mais ça, bonne chance pour le découvrir car plus le temps passe, plus elle est attentive à ne pas laisser entrevoir cette facette d’elle.
Mais comme on dit, la partie de l’iceberg la plus intéressante est bien souvent celle que l’on ne peut voir sans plonger profondément…

Histoire
« Tu pars dans le Massachusetts? Mais, mais et moi ? Et ton père ?»

Assise à la terrasse d’un café, Azael écoutait sa mère se lamenter, encore. Quand elle lui avait annoncé avoir postulé pour ce poste, cette dernière lui avait joué la même comédie. Raison pour laquelle, la jeune femme restait si froide, aujourd’hui. Même les yeux humides de larmes de sa mère n’y changeraient rien, elle devait partir. Quitter New York, changer d’air…

Malgré tout son amour pour sa mère, elle la savait particulièrement égoïste. Elle l’avait toujours été d’ailleurs.  Amatrice d’art, elle sortait beaucoup. Dans les galeries, pour rencontrer des artistes, dénicher tel ou tel objets rares et ardemment  recherchés par l’un de ses amis… Bref, ses enfants n’étaient pas une priorité et loin de là même.  Du coup, c’était elle, Azael qui s’était occupé de son plus jeune frère et de sa sœur adoptive. De toute façon, à part elle qui d’autre l’aurait fait ? Leur père était un homme d’affaire, il passait son temps en voyages ou en réunions et lors de ses rares moments de répits, il faisait le tour des soirées mondaines avec ses amis et investisseurs ou les emmenaient au golf (sans doute pour éviter sa femme devenue si différente de lui). Quant à sa grande sœur, leur mère l’avait lancée très jeune dans le monde de la mode. Elle était une enfant mannequin très appréciée et voyageait beaucoup pour faire des shootings. Et quand elle revenait… et bien, c’était le retour de la princesse de la famille, c’était alors plutôt au commun des mortels de la servir…

C’était un fait, la famille n’avait jamais manqué de rien au niveau matériel ou même financier. Leur fonctionnement était plus pratique que réellement chaleureux, mais c’était aussi à l’image de leur mère. La seule raison pour laquelle les enfants n’avaient pas de nounou attitrée, c’était d’ailleurs parce qu’aux yeux de cette dernière, Azael s’en sortait très bien. Qu’importe qu’elle soit si jeune et qu’elle ait à mûrir plus vite que les autres… Il fallait sauver les apparences et éviter toutes critiques ! En plus, l’enfant ne s’en plaignait pas, elle aimait énormément son petit frère et protégeait sa nouvelle petite sœur comme un joyau. C’était comme si, elle avait toujours su que c’était sa place. Elle passait ses soirées à partager son temps entre les leçons de son frère peu travailleur, les histoires de cœur de sa sœur (qui désirait toujours des conseils « d’une vraie femme ») et le reste des tâches qui réclamaient son attention. Bref, quand enfin, elle avait fini, elle pouvait s’occuper d’elle, de ses devoirs mais aussi et surtout de sa passion pour le monde de la littérature. Même si elle n’avait que ses nuits pour ça, elle prenait toujours une petite partie pour jouer avec les textes et réfléchir au meilleur moyen de les utiliser…

Ce fonctionnement dura  jusqu’à son entrée à Ilvermony. Elle s’en souvenait très bien puisque lors de son départ, Azael avait été déchirée de devoir quitter son frère et sa sœur. Ils étaient capable de se gérer seuls à 9 et 8 ans, mais de savoir que personne ne veilleraient sur eux… voilà ce qui lui faisait de la peine. Et pas de voir sa mère pleurer en le suppliant de faire ses études dans une école plus proche, ou encore d’attendre que les deux plus jeunes soient aussi en âge d’aller à Ilvermony… Non, elle, elle était ridicule.
Malgré tout ça, Azael était à la fois curieuse et envieuse de s’éloigner de tout ce qu’elle avait connu, aussi, prit-elle la route pour cette nouvelle vie qui l’attendait.

Les années qui suivirent furent inoubliables. Le jour, elle étudiait les matières dispensées par des professeurs plus ou moins passionnants. Le soir, elle s’amusait avec les amis de sa maison. Sans pour autant être un cliché ambulant, elle aimait être à la fois une bonne élève et une fille sachant s’amuser. C’était une libération pour elle. Et même si elle n’en oubliait pas pour autant sa famille, prendre un peu de temps pour elle, lui offrait beaucoup de nouvelles perspectives. Comme lorsqu’elle prit la décision, à la fin de sa septième année, de voyager à travers le continent. D’en découvrir la flore pour ensuite revenir et faire un stage chez Tilney. Une maison d’Herboristerie connue et grandissante. Elle avait fait ce choix par intérêt pour la boite bien sûr, mais aussi pour une nouvelle fois repousser ses limites, en ne choisissant pas un ami de sa famille. Et si elle s’était attendue à ce que cela change son regard sur le monde, elle ne s’était pas attendue à ce que ça chamboule complètement son existence.

Il s’appelait Georges Edward. Agé de douze ans de plus, ses cheveux noir coupé court lui donnaient un air d’homme accompli. Et si, ses yeux ne semblaient pas particulièrement attirés par la jeune femme, lorsqu’elle fit sa première entrée dans son bureau, quelque chose chez lui attira pourtant la demoiselle. Sous cette façade rangée, il lui semblait entrevoir un homme viril et ne demandant qu’à se montrer.

Il ne leur fallut pas longtemps pour sortir une première fois ensemble, même s’il s’agissait surtout d’un dîner d’affaire, Azael n’hésita pas à mettre tout en œuvre pour le séduire. De là, suivit une deuxième sortie en publique, une troisième plus discrète suivie de multiple moment volés au bureau pour ensuite décider de se mettre en couple. Après tout, pourquoi ne le feraient-ils pas ? Ils étaient heureux ensemble, ne craignaient ni l’un ni l’autre de se faire entourlouper pour l’argent et l’amour semblait les unir. De plus, Georges Edward n’était pas porté sur les grandes déclarations d’amour ce qui arrangeait Azael qui elle-même craignait de se perdre dans une passion qui auraient été trop dévorante.

Aussi, quand vint le jour qui terminait son stage. C’est-à-dire un an après leur rencontre, Azael ne put se résoudre à retourner à sa vie d’avant. Et sur un coup de folie, le seul probablement que connu jamais Monsieur Tilney, il demanda la main de la jolie brune. Oh bien sûr, il le fit dans les règles de l’art, et surtout de la bienséance, si bien qu’elle accepta à la grande surprise de sa famille.

Ce fut un mariage voué à l’échec  dés le début. Le respect les unissait sans aucun doute, mais autant Azael était passionnée par la vie, autant son nouvel époux était calme et posé. Autant elle avait besoin d’un grain de folie dans sa vie, de magie et de surprise, autant lui se montrait rangé, raide et coincé dans sa monotonie.

Bref, leur vie de couple s’étiola rapidement face à la vie réelle qui les avait sagement attendus. Leur vie commune n’en était plus réellement une. Ils vivaient bien côte à côte mais plus aucuns sentiments ne les liaient vraiment. Azael, partageait son temps entre son travail et sa famille. L’herboristerie qu’elle avait choisie était plus petite que celle de son mari. En plein développement sur le marché, elle nécessitait qu’on se batte pour elle. C’était aussi pour ça qu’elle l’aimait. Parce qu’en dehors de faire son travail correctement, la jeune femme devait tout donner pour l’aider à survivre. Le défi en était encore plus prenant.

Mais à côté de ça, elle rêvait d’écrire, son sujet préféré. Aussi prit-elle des cours du soir plus littéraire après quelques mois. Et ce fut probablement ce qui signa l’arrêt de mort de son couple. Du moins, en partie. Car à partir de là, elle ne rentra plus le soir avant des heures tardives. Georges Henry dormait bien souvent à son retour, ou alors lui-même était de sortie. De voisins de lit, ils passèrent à étrangers en un rien de temps.

« Azael ? Mon ange… Tu as appelé tes frère et sœurs ? Luce a quitté Georges Henry, tu devrais l’appeler… »

Relevant les yeux de son verre de jus, elle foudroya sa mère du regard. Pensait-elle vraiment qu’elle n’avait aucun amour propre ? Elle n’appellerait pas Luce. Sa grande soeur était morte pour elle. Et c’était le cas depuis maintenant deux ans.  
Depuis le jour où, rentrant plus tôt que prévu, elle avait vus son mari dans une position des plus explicites avec elle. Elle avait toujours su qu’il  la trouvait belle, mais après tout, c’était le cas de bien des hommes puisqu’elle était l’une des mannequins les plus populaires du monde magique. Mais Azael n’avait jamais imaginé pour autant qu’il en soit au point de la vouloir. Au point d’être capable de la tromper avec sa propre sœur…  

Quant à son ex-mari… Bon elle l’avait bien cherché aussi. Elle savait qu’elle n’était pas si blanche dans cette relation, mais elle au moins, avait eu le bon goût de ne pas se faire prendre ! Ah… Encore aujourd’hui, elle se souvenait  de cette époque… et surtout de cet homme.

Nùno Ô'Cohleen. Dés le jour où elle l’avait croisé dans l’immeuble, elle avait su qu’au moindre écart de conduite, il serait la tentation à laquelle elle chercherait à succomber.  Elle qui n’avait jamais vraiment aimé les blonds, celui-ci avait quelque chose de plus que les autres. Au fond des yeux, une étincelle qui ravivait la passion d’Azael et qu’il soit un no-maj apportait du piquant…. Bref, un homme dangereux en des temps où son mari lui refusait la seule chose qui aurait pu la lier définitivement à lui. Un enfant.

Était-ce par vengeance ou par pur désir qu’elle avait un jour fait le pas ? Elle n’avait pas cherché à le savoir, toujours est il que Nùno avait été le pansement sexy sur ses plaies béantes. Il lui donnait ce que jamais son époux ne lui avait donné, lui rappelant ce que la vie pouvait être, alors qu’elle avait à peine 31 ans.

Alors quand il s’était remis avec son grand amour, elle s’était sentie trahie et abandonnée. C’était idiot, il avait une relation purement et simplement basée sur le sexe.  Mais elle s’était laissé emporter, comme si il était à lui, son homme de l’ombre…
Pourtant quelque soient les sentiments qu’elle avait pu avoir pour lui, ils avaient cessé de se voir dés le jour où il l’avait décidé. Lui était fiancé, elle… et bien elle, elle était toujours coincée dans un mariage loin d’être épanouissant.

Ah si seulement à l’époque elle avait su que son mari la trompait lui aussi… Que c’était pour cette raison, il préférait ne pas mettre un enfant dans la balance… Peut-être n’aurait-elle pas ressenti le besoin de gâcher le mariage d’une autre ? Malheureusement, à l’époque elle l’ignorait.

La dernière nuit passée avec Nùno n’arrangea rien à l’affaire. Réveillant une nouvelle fois la femme éprise de vie et de liberté qui sommeillait en elle, il n’eut pas conscience du volcan qu’il venait de réveiller. La colère et la souffrance qu’elle avait jusqu’alors réussi à étouffer l’envahirent à la manière d’un tsunami. Si elle ne pouvait pas être heureuse, cette Iris, si parfaite, si angélique, dont lui avait parlé son amant… Cette femme si chère à son cœur, ne le serait pas non plus.
Quant à Nùno, à lui de vivre avec ses choix. Il avait voulu se lier à la femme pure et innocente et prendre comme maîtresse une femme ardente… Dommage pour lui, les deux semblaient incompatibles lors du grand jour… Enfin, Azael laisserait la future épouse juger, mais elle ne doutait pas de la suite des évènements.

Habillée d’une robe rouge sang qui laissait deviner son corps aux formes avantagées par le tissu et une allure altière, elle se rendit au mariage de l’homme dont elle avait quitté le lit quelques heures au par avant…

« Oh Azael ne me regarde pas comme ça ! Luce a fais une erreur mais ton ex-mari aussi ! Et puis tu sais que ta sœur ne voulait pas te blesser, elle est juste irrésistible et oublie souvent… Azael ! Tu.. Azael reste ici, je te parle ! Mais qui es tu à la fin ? Je ne t’ai pas élevé comme ça ! Azael ! Reviens ! »

Divorcée. Voilà ce qu’elle était. Une femme fatiguée par un divorce intense et violent. De quoi la dégouter des hommes pour un bon moment. Une femme qui avait eu une conduite digne des pires garces de cinéma et qui aujourd’hui n’en était pas assez désolée pour en éprouver de la culpabilité. Et sa mère n’était pas là pour la faire changer d’avis. Les couples mariés ne pouvaient pas être heureux et le pardon n’aiderait personne. Voilà pourquoi elle venait de décider d’écourter la discussion. De toute façon elle avait un déménagement à préparer…

Il était temps pour elle de reprendre sa vie à zéro. Et quelle meilleure manière de le faire qu’en retournant à Ilvermony en tant qu’enseignante ? Retourner au point de départ pour tout recommencer… en mieux. Trouver la rédemption en instruisant des jeunes pour leur permettre de faire des meilleurs choix de vie que ce qu’elle fit.


Je recherche
Un ami pour les plus désespérés, un amant pour les entreprenants, un ennemi sur qui passer ses poings... Indiquez ici vos envies, peut-être que quelqu'un y répondra !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




Mes liens Féminins
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




Mes liens Masculins
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Nom du personnageTitre du lien
Lien
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 118
Multi-comptes : Heather K. Tweedle


Hey :3 Petite proposition de lien avec mes deux comptes.

Brooke : Vu la date de naissance d'Azael, elle était en 6e année lorsque Brooke est arrivée à Ilvemorny. Elles auraient donc pu se connaître durant deux petites années. Elles n'étaient pas de la même maison mais un je ne sais quoi aurait pu faire qu'elles se sont parlé. (Brooke qui avait besoin d'aide, qui était perdue les premières semaines etc, etc)
Si elles s'entendaient, Boo pouvait la voir comme un modèle ou une "sœur" et elles auraient gardé contact après le départ d'Azael ? Et, au jour d'aujourd'hui, elles continuent de se parler, se voient quand elles le peuvent et cela est parti sur une amitié/entente cordiale.

Heather : Heather est une élève de 6e chez Serpent Cornu. Elle a obtenu B à ses examens et poursuit herboristerie cette année. Ce n'est pas l'une de ses matières préférées mais ça ne l'empêche pas d'être sérieuse et passionnée par les cours. Son but est de travailler à fond pour finir ses études avec des A dans toutes ses matières du coup elle est très assidue, etc ^^
Il faut voir comment Azael verrait cette élève si elle la supporte ou non (normalement il n'y a pas de raison de ne pas la supporter, sauf, peut-être, son côté "je sais tout" x))
Elle pourrait souvent lui demander des précisions, explications et exemples après un cours ou suite à un contrôle qu'elle a un peu foiré voire même lui demander, carrément, un cours de soutien" le soir pour se parfaire ^^

Si tu as des idées etc, je suis toute ouïe :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 
Azael C. Hemlock ~ Plante qui veut, élève qui peut...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» MI8 ►on veut tous passer sous le bureau
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny ::  :: Gestion du perso :: Relations-