Entrez à Ilvermorny et venez étudier dans la célèbre école de sorcellerie, travailler au COMEUDA ou même boire un verre à Cockaigne, petit village entièrement sorcier situé au pied d'Ilvermorny !
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Houuuu houuuu || Aya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Aya

Houuuu Houuuu



1h17 : Allongée dans son lit, Quinn fixait le plafond en attendant le moment propice pour s'évader. Les respirations posées de ses camarades de Womatou l'informaient qu'elles étaient endormies profondément. Elle entendit alors des pas dans le couloir, probablement un garçon qui cédait à son tour à la fatigue. Quinn n'avait jamais eu l'impression de manquer de sommeil lorsqu'il était question de partir à l'aventure. Bon, une aventure était un bien grand mot pour ce qu'elle avait prévu de faire cette nuit-là, mais ça l'importait peu. Toutes les filles du dortoir semblaient dormir et il était temps pour la blonde de mettre son plan à exécution. Elle enfila un gros pull, un jean et des baskets, puis elle rangea sa baguette dans la poche arrière de son pantalon avant de rejoindre la salle commune des Womatous. Ce n'était pas la première fois qu'elle partait pour une excursion dans le château en pleine nuit, mais elle préférait avoir la compagnie de Judith dans ces moments-là. Surtout parce que c'était interdit, en fait. Malheureusement, sa camarade d'Oiseau Tonnerre n'était pas au courant de ça, Quinn ne l'avait pas croisé de la journée et lorsqu'elle pensa à lui envoyer un hibou, il était bien trop tard pour qu'elle le reçoive avant de retourner dans sa propre salle commune.

Cette nuit, Quinn avait en tête un trajet bien différent des autres fois. La jeune fille passa par le salon commun à toutes les maisons et sortit sans bruit de l'édifice, direction les tours. Certains diront que c'est de la folie de sortir après le couvre-feu à l'emplacement le plus proche des appartements des professeurs, mais Quinn n'avait aucune autre solution. Mais bon, ça n'étonnerait pas la blonde de voir rappliquer un prof au moindre bruit, alors le mot d'ordre était « silence ». Mais son but n'était pas de se frayer un passage sans se faire remarquer et de revenir à son dortoir juste après, non, cette nuit-là, elle avait un réel objectif. Grimper jusqu'au toit du château et de passer la nuit là-bas, à regarder les étoiles. La fenêtre du dortoir était loin de lui donner entière satisfaction. Ça peut sembler idiot bien sûr, mais elle avait besoin de cette évasion.

Le château étant – bien évidemment – toujours fermé à cette heure-là, Quinn n'avait pas l'intention de se risquer à descendre jusqu'au bâtiment principal, c'était hors de question. Elle comptait rejoindre un des ponts qui avaient la particularité de se trouver au-dessus du vide, comme ils reliaient les tours entre elles, un des seuls endroit à ciel ouverts où les élèves avaient accès facilement. Il était parfois dangereux de s'y aventurer, si le vent souffle trop fort, une chute est si vite arrivée. Mais la nuit semblait calme. Et puis, si tout allait bien, elle avait un plan pour ne pas rester indéfiniment sur le pont. Lorsqu'elle y serait, elle utiliserait la formule qu'elle avait trouvée dans un des nombreux ouvrages qu'elle avait lu à la bibliothèque afin de faire apparaître une corde. Oui, si tout se passait vite, il n'y aurait aucun problème.

Lorsqu'elle fut arrivée à la première tour, la Womatou entendit un grincement suspect et elle fit ce qu'elle put pour atteindre le pont le plus rapidement et le plus silencieusement possible, s'il n'y avait pas cet état d'urgence, ça aurait pu être assez comique. En fait, elle regrettait son choix de s'être déplacé jusqu'au pont. Ici, elle ne pouvait plus se cacher nulle part et en plus c'était gelé. Mais qu'elle idée stupide de vouloir faire ça en hiver ! pensa-t-elle exaspérée. Elle n'avait jamais réfléchi à ce qu'elle ferait si jamais elle se faisait prendre. Et malheureusement, ce n'était pas le meilleur moment pour y songer.                      

©clever love.

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661



« Lumos ! »

Un éclair lumineux jaillit soudainement d'une baguette noueuse brandie à quelques mètres de la silhouette féminine qui se trouvait face à Aya, en plein milieu du pont qui le menait à ses appartements privés. Les yeux de l'Indien découvrirent alors une chevelure blonde surmontant un gros pull et un jean, une chevelure blonde qui appartenait manifestement à une élève que Aya ne connaissait pas et qui devait certainement mourir à l'intérieur à cet instant précis. Le règlement était assez strict et, bien que Ayawamat - "celui qui obéit" - était du genre à se moquer allègrement des règles, il savait que le fait d'avoir surpris une élève hors des dortoirs après le couvre-feu le plaçait en responsable absolu en cas de soucis et il ne pouvait pas fermer les yeux sur cet écart de conduite en dépit du fait qu'il avait lui-même passé des nuits entières à se balader dans le château durant sa scolarité, y compris après des heures et des heures de retenue. Ennuyé par ce dilemme éthique, le visage du professeur afficha une grimace de mécontentement.

C'était d'ailleurs par hasard qu'il traversait ce pont. Ce cher professeur de chamanisme avait passé sa soirée à descendre des pintes de vin de sureau avec les soiffards de Cockaigne. C'est lorsque le patron du Marty's eut jugé que ses clients avaient suffisamment vidé ses vieux stocks de bouteilles bas de gamme qu'il les avait fichus dehors. Peu enclin à se cailler les miches toute la nuit au village, Aya était résigné à regagner ses appartements histoire de dormir un peu avant ses cours matinaux. Et, pour soulager un besoin pressant, il s'était dit que cela serait sans doute amusant de raviver ses souvenirs d'étudiants et de se "laisser aller" depuis le pont à la belle étoile. Fort heureusement, l'élève ne l'avait pas surpris à un moment embarrassant et irréparable. Malheureusement, l'élève en question se trouvait en bien mauvaise posture.

Aya détourna le rayon lumineux, ne souhaitant pas aveugler la jeune fille trop longtemps au point qu'elle chute du pont. Son regard était inquisiteur et il cherchait les traces d'éventuels complices à cette escapade nocturne. « Est-ce que tu sais quelle heure il est ? Qu'est ce que tu fiches dehors à cette heure-ci, sur le pont, dans le noir complet ? T'es complètement inconsciente ou quoi ? Tu t'appelles comment et tu es dans quelle maison ? » questionna Aya de manière assez désarticulée. De toute évidence, l'Indien n'était pas très convainquant dans le rôle du donneur de leçons, mais il demeurait un professeur et, à ce titre, il espérait quand même que sa tentative d'autorité gagnerait un peu de crédit en dépit de sa réputation notoire d'ancien élève difficile à gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Aya

Houuuu Houuuu



La jeune fille n'eut même pas le temps d'attraper sa baguette pour faire apparaître la corde, un professeur se trouvait déjà en face d'elle. Elle déglutit en voyant la silhouette sombre, Quinn n'aurait même pas su dire, qui était ce professeur. Surprise, la blonde fit un pas en arrière et ferma les yeux, la lumière qui illuminait la baguette de son trouble-fête commençait à l'aveugler légèrement et ce n'était pas agréable du tout. C'est sûr que jamais elle n'aurait pensé à emmener des lunettes de soleil en pleine nuit pour « si jamais ». Lorsqu'il a enfin détourné sa baguette, Quinn fronça les sourcils en essayant de voir quel professeur l'avait pris en flagrant délit. La blonde ne connaissait pas son nom, mais en avait entendu parler. C'était le professeur de Chamanisme de l'école, d'après les rumeurs qu'elle avait entendu pendant ses premières années, c'était un élève difficile de son temps et la Womatou redoutait alors de l'avoir en cours, d'où le fait qu'elle n'ait pas choisi cette matière en option. D'après elle, c'était probablement le genre de professeur à noter les élèves par rapport à ce que "monsieur" pense d'eux, elle en était persuadée parce qu'en général, les élèves difficiles à gérer sont connus pour être impitoyables avec tous ceux qu'ils ne connaissent pas ou n'aiment pas. Et Quinn n'avait pas l'intention de faire chuter sa moyenne à cause d'une option. Mais par la suite, elle a compris qu'elle avait tort, mais ça ne l'avait pas atteint plus ce que ça parce que c'était le genre de matière qui l'intéresserait pendant deux semaines et qu'elle ne suivrait plus après ça.

Mais le voilà qui trouvait la jeune fille en dehors des dortoirs après le couvre-feu. Faire des choses interdites ne lui ressemblait pas généralement, alors ça l'énervait de s'être fait prendre alors que d'autres font que ça tout le temps et semblent toujours se tirer d'affaire facilement. Le professeur de chamanisme lui posa alors plein de questions sur ces activités nocturne et son identité. Pfff et c'est lui qui me donne des leçons de comportement... Comme s'il n'avait jamais rien fait d'interdit à son époque. Crédibilité zéro. C'était maintenant qu'il lui fallait trouver une bonne idée pour justifier sa présence. Il était hors de question qu'elle dise la vérité, il allait la prendre pour une folle, ou bien une suicidaire. Elle aurait pu se faire passer pour somnambule, mais ça n'allait pas être crédible vu comment elle avait réagi à la lumière, un somnambule n'aurait probablement pas broncher une seule seconde. Elle se mordit la lèvre et se décida à jouer la carte de la curiosité et de la flatterie concernant la matière qu'il enseigne de façon plus subtile.

« Je suis Quinn Windsor à Womatou. J'ai entendu dire qu'il y avait des esprits qui se baladaient dans l'école, alors je me suis dit que c'était quelque chose à voir avant que je parte d'Ilvermonry l'année prochaine. Voyez-vous, je suis assez curieuse de nature et les esprits et bien, c'est plutôt... étranges et euh... pas facilement visibles donc je me disais que c'était peut-être parce qu'ils se montraient que la nuit ?» Elle avait dit cette dernière phrase avec une intonation interrogative, afin de pousser le professeur à répondre. Qui sait, peut-être que si le professeur croit que Quinn se balade dans le château la nuit à cause des esprits qui y habite, il sera plus conciliant.

©clever love.

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661




Aya observait l'élève avec une attention toute particulière, comme s'il essayait de la sonder. A ce titre, il écouta l'intégralité de son discours avec une expression figée avant d'afficher successivement un sourire narquois puis un petit ricanement moqueur. « Eh bien, Quinn Windsor à Womatou, je dois bien avouer qu'avec ton air innocent et ta petite histoire d'esprits, tu as bien failli m'endormir... Non, sans déconner, c'est CA la version que tu comptes soutenir ? Tu cherchais les esprits sur le pont, la nuit, parce qu'ils sont étranges et pas facilement visibles ? »

Le professeur de Chamanisme ricana de plus belle en essayant de faire sens de la réplique de l'élève et se gratta la joue de la pointe de sa baguette. Les rayons lumineux déviés lui donnèrent momentanément un teint blafard, contrasté avec la noirceur de ses orbites qui semblaient vides. Pendant quelques instants, Aya avait l'air d'un être fantomatique, ce qui était un peu ironique. L'excuse de la pauvre Womatou était carrément naze : Quinn ne devait pas être coutumière des sorties nocturnes en douce. Aya, lui, avait toujours un plan de secours, une idée pour se tirer d'un mauvais pas, à l'époque. Elle aurait pu dire n'importe quoi d'autre : même le vieux coup du "je suis somnambule" aurait peut être pu fonctionner - avec quelqu'un d'autre. L'Indien baissa les bras en soupirant, visiblement ennuyé, non pas parce qu'on essayait avec très peu de conviction de l'embobiner, mais plutôt parce qu'il avait envie de rentrer dans ses appartements sans perdre de temps à se prendre la tête pour rien dehors, dans le froid.

« Bon, écoute... Je ne peux pas t'en vouloir d'avoir tenté ta chance avec tes aventures de chasseuse de fantôme. Non, franchement, c'était pas trop mal, mais t'arriveras pas à baratiner un baratineur... Tu ferais mieux de me dire tout de suite qui tu rejoins comme ça et ce que tu comptais faire, que l'on puisse tous les deux regagner nos dortoirs respectifs et oublier cette histoire au plus vite, d'accord ? ». Le compromis était plutôt honnête. Si elle sortait un autre soir, Aya n'en avait rien à cirer tant qu'il n'était pas mêlé à ça. A croire que, même encore aujourd'hui, il mettait un point d'honneur à enfreindre le règlement malgré son poste au sein de l'établissement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Aya

Houuuu Houuuu



La blonde haussa un sourcil en observant le professeur qui se tenait en face d'elle. Il ne pouvait pas se barrer s'il avait tant sommeil ? se demanda-t-elle en faisant ce qu'elle pouvait pour ne pas lui lancer un de ses regards assassins qu'elle usait à tout-va lorsque quelqu'un avait tendance à la prendre un peu trop de haut. Elle soupira en secouant la tête. Quinn n'avait jamais su mentir et ce n'était pas maintenant que ça changerait, ça se voyait toujours comme le nez au milieu de la figure, pas étonnant qu'il ait tout capté directement. Baratiner un baratineur ? Il l'assumait devant un élève en plus... « C'est vrai que votre réputation vous précède, » fit-elle avec un sourire mesquin. S'il voulait tout savoir, eh bien il saurait tout. Elle n'en avait plus rien à faire, pensant que ça ne pouvait pas être pire de toute manière.
   
« Je ne rejoins personne. J'ai juste envie de prendre l'air. Il y a des gens qui, comme moi, ne supportent pas de rester enfermer, c'est comme ça. Mais vous devez comprendre ça, vous aussi, vous êtes dehors. »  
Elle comparait d'ailleurs assez souvent les dortoirs à des cages où le corps professoral enfermait les élèves pour qu'ils leur foutent enfin la paix et qu'ils n'aient pas à courir après eux toute la nuit. En fait, Ilvermorny était un zoo. Elle savait qu'elle insinuait en quelque sorte qu'elle serait prête à recommencer et qu'elle l'avait déjà fait auparavant, mais même ça, elle ne s'en souciait plus. Bon, elle ne voyait toujours pas l'intérêt de lui parler du toit. Même si la réponse à cette question était tout aussi simple pour la jeune Womatou. Vu d'en haut, tout semble incroyablement futile, les plus gros problèmes de la journée la laissaient complètement indifférente. Il faut croire qu'elle pouvait rester en tête-à-tête avec les étoiles qu'au Texas.

Bon, elle n'aimait pas particulièrement être insolente avec les professeurs, elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour que ça reste un minimum respectueux. Elle a rangé sa baguette ne voyant plus l'intérêt de s'en servir, le professeur de chamanisme allait probablement la renvoyer à son dortoir et basta. Il avait tellement envie de rentrer. Il aurait pu laisser Quinn et faire comme s'il n'avait rien vu au lieu de jouer les professeurs modèles. Mais non, elle allait devoir dire adieu à sa petite soirée au clair de lune.

©clever love.

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661




La petite blonde franchit le pas de l'insolence alors qu'elle venait de se faire prendre la main dans le sac à l'extérieur des murs du château après le couvre-feu par un professeur. L'Indien aimait l'insolence, c'était pour lui une noble manière de combattre les idées préconçues qu'on cherche à bourrer dans le crâne de la planète, mais il préférait largement les moments où il était celui qui la maniait. Et puis, à côté de l'insolence, il y avait la condescendance, une attitude nettement moins correcte aux yeux du professeur. D'abord surpris que Miss Parfaite se lance dans les attaques personnelles, Aya se ressaisit et secoua la tête. Il était loin d'être un exemple ou un modèle à suivre pour les plus jeunes, mais son histoire personnelle n'était pas vide d'enseignements à transmettre. Lui aussi détestait être enfermé et Aya avait passé sa vie dehors comme un clodo à aller de ville en ville pour semer le désordre, commettre des vols et des actes de vandalisme. D'une certaine manière, et plutôt ironiquement, Ayawamat, bien qu'il répondait à un autre nom à l'époque, avait passé sa vie à risquer la prison pour fuir cette sensation constante d'emprisonnement jusqu'à ce qu'il devienne chaman. Quoi qu'il en soit, si la réputation de l'Indien le précédait, la gamine qui se trouvait devant l'Indien devait en avoir une version incomplète pour essayer ainsi de rentrer dans le lard d'un ancien fugitif.

« Tu as du mordant, Natane*, crois-moi : j'admire cette qualité, mais prends garde à ne pas mordre la mauvaise main. Je peux effectivement comprendre mieux que quiconque, autant que toi, ce sentiment d'étouffement à l'intérieur de ces murs. » dit Aya sur ton le de la confession en pointant le château de sa baguette qui projetait toujours un aveuglant halo de lumière blanche. « Tu devrais te considérer chanceuse d'être tombée sur moi et non sur le Professeur Hamilton... Il t'aurait crucifiée sur place à n'en pas douter.» lâcha le professeur comme pour faire prendre conscience à Quinn que, malgré sa position dans l'école, il ne lui était pas hostile parce qu'elle était sortie.

« Bon écoute, je ne suis pas con... Je sais d'expérience qu'on ne peut pas enchaîner un esprit libre et que, si tu as vraiment envie de te balader la nuit, tu recommenceras tôt ou tard sans que moi ou l'école puissent y faire quoi que ce soit, pas vrai ? ». L'Indien n'attendit pas de réponse pour continuer sa réflexion. « Je ne vais pas te punir. Tu es sortie, tu t'es faite attrapée et je suis maintenant responsable s'il t'arrive un pépin, ce qui ne me réjouis pas vraiment : accepte les règles du jeu pour cette nuit, retourne dans ton dortoir, cherche un meilleur plan pour la prochaine fois et n'oublie pas d'être prudente, d'accord ? Ces ponts sont traîtres. ».

Conciliant, Aya ponctua sa phrase d'un léger coup de tête assorti d'un sourire discret.

__________________________
* Natane : "ma fille", en Algonquin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Aya

Houuuu Houuuu



La jeune fille l'écoutait attentivement, pour être sûre de ne pas manquer une seule réplique cinglante que l'homme en face d'elle pourrait lui balancer à la figure. Natane ? Ça veut dire quoi ça encore ? se demanda-t-elle en haussant un sourcil à cette appellation. Elle se doutait déjà qu'il n'aimait pas être enfermé, en même temps, vu la matière qu'il enseigne, ce serait un peu contradictoire. L'ouverture de l'esprit entre quatre murs, ça doit être compliqué. Il cita alors le nom d'un de ses collègue et la blonde ne put s'empêcher de sourire à l'évocation de l'image qu'il lui proposa. Mais bon, il avait raison. Si ça avait été le professeur Hamilton, elle serait morte à l'heure qu'il est. Il lui était déjà arrivé d'avoir des interactions avec lui et c'était certain qu'il n'était pas du genre à plaisanter de la situation. Quinn avait fini par apprendre à se contrôler en sa présence pour ne pas finir avec des heures de retenues. Contrairement à ce qu'elle souhaitait, avoir une bonne réputation auprès de tout le monde ne lui permettait pas d'être elle-même en toutes circonstances. C'était soi elle, soit l'honneur de sa famille. La jeune fille avait pour habitude de faire passer tout le monde avant elle, et c'est quand elle trouve un objectif bien précis qu'elle n'arrive même plus à être respectueuse avec ses professeurs... Ça commençait bien, tiens.

Il ne ferait donc rien ? Ça, c'était une surprise. Quinn avait toujours les yeux plissés, son interlocuteur ne cessait de bouger sa baguette et il n'était pas rare que la blonde se prenne des projections de lumière dans les yeux. Elle ne savait pas trop comment prendre le fait qu'il ne la punissait même pas. Bien, parce que ça n'atteindrait pas son dossier, mais d'un autre côté, quel genre de professeur était-ce pour penser à son confort personnel avant ses responsabilités ? Mais bon, il n'avait pas l'air si méchant que ça. C'était d'ailleurs, probablement le genre de profs « cool » que les élèves appréciaient avoir en général. La blondinette ne dirait pas qu'elle fait partie de ceux-là, elle préfère ceux qui ont un véritable savoir à enseigner, peu importe s'il est proche des élèves ou pas. Mais elle ne pensait pas ainsi depuis longtemps. Il y a trois ans, elle était comme tous les autres élèves prévisibles, flemmarde à souhait et elle ne pensait qu'à s'amuser plutôt que de faire ses devoirs qui lui prenaient un temps considérable. Travailler dur ne lui ressemblait pas. Du moins, pas à l'école. Il lui demanda alors de retourner dans son dortoir, comme elle s'en était douté. Elle baissa la tête, une moue déçue sur le visage avant de relever les yeux vers le professeur de Chamanisme.  

« Hum... Par simple curiosité, comment auriez-vous fait à ma place ? » demanda-t-elle en sachant pertinemment que c'était le genre de questions osées qu'elle ne devait pas poser à un professeur. Mais c'était plus fort qu'elle. Elle ne comptait pas enfreindre le règlement jusqu'à la fin de sa scolarité, néanmoins, si ce professeur pouvait lui apprendre un truc ou deux, ce serait sur ce sujet, alors autant tenter sa chance maintenant. Ce n'était pas souvent que Quinn se trouvait en face d'un ancien élève qui avait marqué l'école grâce à son engouement pour les interdits.    

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661


Cette dernière question fit marquer un temps d'arrêt dans l'esprit du professeur de chamanisme. Elle était sans doute mal avisée de la poser à un membre de l'équipe pédagogique du château, même si Aya était assurément la personne la plus à même d'y répondre, pour avoir réfléchi à la question durant toute sa scolarité. Pendant un bref instant, il se demanda quoi faire. Le professeur se considérait déjà magnanime avec l'honnête offre qu'il venait de lui proposer, à savoir rentrer dans son dortoir pour cette nuit et faire comme s'ils ne s'était jamais rencontrés, mais Aya sentait qu'il valait mieux ne pas lui donner une réponse. Si elle voulait un itinéraire pour sortir du château, il allait falloir qu'elle le cherche et qu'elle le trouve elle-même, au rythme des retenues qu'elle récolterait durant ses essais afin d'affiner la trajectoire de sa promenade nocturne.

Puis, inconsciemment, le professeur se demanda comment il aurait fait pour sortir sans se faire prendre. Pour commencer, il aurait pris soin de choisir une heure plus tardive encore afin de réduire la probabilité de croiser un professeur qui était, lui aussi, sorti à la belle étoile. Puis, il aurait évité les ponts : d'une part, ils étaient plutôt dangereux. D'autre part, et plus important encore, ils n'offraient aucune solution de repli, contrairement aux couloirs du château et des centaines de salles qui étaient autant de cachettes potentielles. Enfin, il y avait les Puckwoodgenies qui assuraient la sécurité de Ilvermorny, même la nuit. Il fallait étudier leurs habitudes et déterminer leurs points faibles. Généralement, Aya organisait une diversion à retardement de l'autre côté du château pour attirer leur attention ailleurs que sur son chemin. Sortir la nuit était une aventure qui se préparait avec une grande attention ! Aya sourit un instant en pensant que s'il avait mis autant d'efforts dans ses études, il serait probablement directeur de cet établissement à ce jour.

« Tu ne penses pas avoir eu assez de chance comme ça ?» demanda l'Indien. « Se faufiler dehors est un jeu qui requiert de perdre bien plus souvent qu'on ne gagne. Lorsqu'on perd, les règles du jeu nous imposent une punition et cette punition appelle une réflexion. Pour progresser dans ce jeu, il n'y a qu'une solution : il faut perdre. Lorsque tu perds, tu réévalues ton cheminement et tes stratégies et cela te permet de te faire prendre un peu plus loin la fois d'après, et ainsi de suite... Ce petit jeu a deux fins possibles : si tu te lasses de perdre, tu rentres dans le rang et tu abandonnes ton petit moment à la belle étoile. Et si tu as suffisamment perdu, tu gagneras peut-être une fois et tu profiteras du château pour toi seule, rien que pour une nuit, avant de perdre à nouveau... Cette nuit, tu as perdu mais tu as reçu la réflexion sans la punition : considère que tu as utilisé ton seul et unique Joker. Je vais maintenant te reconduire à ton dortoir. Allez, passe devant » ordonna Aya d'une voix calme en pointant, du bout de sa baguette luminescente, la porte à l'autre extrémité du pont.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 
Houuuu houuuu || Aya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny ::  :: Le château :: Les tours :: Ponts-