Entrez à Ilvermorny et venez étudier dans la célèbre école de sorcellerie, travailler au COMEUDA ou même boire un verre à Cockaigne, petit village entièrement sorcier situé au pied d'Ilvermorny !
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Juliette Leroy - Terminé - 28.01.17

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Messages : 24


JULIETTE LEROY
Passeport américain
Nom : Leroy. La famille de son père est d’origine française, cependant cela fait tellement longtemps qu’ils sont partis de ce pays que leur nom de famille s’est anglicisé. Si au début, on prononçait “Le roi”, à présent cela ressemble plus à “Lee-roy”.Baguette : La baguette de Juliette est taillée dans un joli bois de chêne rouge et possède une plume de queue d’oiseau-tonnerre en guise de coeur. Elle mesure 22,30 centimètres. Un liseré floral en relief orne son manche.

Prénom(s) : Juliette, Lucrezia. Peu de personnes connaissent son deuxième prénom.

Sortilège favori :’Revigor’. Juliette aime beaucoup ce sortilège. Elle s’en servait beaucoup à une époque.

Surnom(s) : Elle déteste les surnoms et ne supporte pas qu’on écorche son prénom.

Patronus : Le patronus de Juliette prend la force d’un chien-loup tchécoslovaque, ce qui correspond totalement à son caractère.

Naissance : Née le 26 novembre 1990, elle va sur ses 27 ans.

Épouvantard : Cela fait longtemps que Juliette ne s’est pas retrouvée nez-à-nez avec un épouvantard. D’aussi loin qu’elle se souvienne, il a toujours pris la forme d’une maison en feu. Mais maintenant... peut-être qu'il prendra la forme d'Isis lui disant "Tu m'as abandonnée..." ?

Sang : Mêlé. Ses parents sont tous les deux sorciers. On ne compte que des sorciers dans la famille de son père, mais sa mère est une née de no-maj.

Métier : Après avoir passé quelques années au Sanatorium de Waverly Hills, elle est devenue infirmière à Ilvermony.

Ancienne maison : Puckwoodgenie

Animal de compagnie : Un lapin tête de lion noir et blanc de 3 ans et qui se nomme Todoki. C'est sa petite soeur, Louison, qui lui a offert quand elle est venue travailler ici, à Ilvermorny. Juliette soupçonne sa soeur de vouloir passer du temps avec elle dans ses appartements uniquement pour voir le lagomorphe. Très propre, il se promène librement dans ses quartier. La journée, elle le prend avec elle pour travailler. Il est habitué au harnais et a son petit coin dans son bureau.

Informations importantes
☼ Juliette adore manger des suçacides, elle en a toujours dans ses poches. Il lui arrive d’en donner aux élèves, en leur faisant promettre de ne rien dire sur leur provenance.
☼ C’est une lève-tard qui a énormément de mal à se lever le matin.
☼ Ses tatouages sont faits à l’encre magique : certains détails sont constamment en mouvement. Elle en possède 7 : le premier a été fait sous le côté gauche de sa poitrine. Le second orne son poignet droit. Le troisième est sur sa cuisse gauche. Le quatrième sur le bas de son flanc droit. Le cinquième recouvre la quasi totalité de son bras gauche. Le sixième se trouve sur sa cheville droite. Quant au dernier, il s’agit d’une phrase qui enroule sa cuisse droite. Seuls ceux à ses poignets sont visibles lorsqu’elle travaille.
☼ Elle essaie d’arrêter de fumer au moins 36 fois dans l’année.
☼ C’est une fan de manga pour fille.
☼ Elle porte une alliance à l'annulaire gauche, elle ne l'enlève jamais et ça soulève beaucoup de questions personnelles.
☼ Ses cheveux sont acajou, mais elle utilise un sortilège colorant pour leur donner une couleur noire. Parfois, elle les laisse au naturel.

Résultats académiques
Matières suivies en 7ème année: Défense contre les forces du mal, Herboristerie, Histoire de la magie, Métamorphose, Potions, Sortilèges.
Options : Etudes des runes, Soin aux créatures magiques.

Résultats des AIGLES : Astronomie et astrologie (D), Défense contre les forces du mal (B), Herboristerie (A), Histoire de la magie (C), Métamorphose (B), Potions (A), Sortilèges (A).
Etudes des runes (B), Soin aux créatures magiques (C).

Résultats des LIEVRE : Défense contre les forces du mal (C), Herboristerie (A), Histoire de la magie (C), Métamorphose (B), Potions (B), Sortilèges (A).
Etudes des runes (B), Soin aux créatures magiques (C.

Caractère

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Juliette a toujours été ce genre de personne qui attirait les gens. Sa façon d’être, son caractère rassurait les personnes et incitait à sympathiser avec elle. C’est une personne à qui il est facile de parler et même si elle ne rit pas forcément à toutes les blagues, elle possède un bon sens de l’humour.
Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’infirmière n’a pas sa langue dans sa poche. La façon dont elle s’exprime laisse deviner son manque absolu de tact - sauf dans le cadre de son travail où elle change automatiquement de comportement. On lui reproche beaucoup sa façon de dire les choses comme elles viennent, même si elles sont vraies. Vous l’aurez compris, la délicatesse n’est pas son point fort. Elle n’est pas du genre à s'embarrasser de formules frivoles visant à épargner l’ego d’une personne.
Il est difficile de la faire changer d’avis une fois qu’une discussion est enclenchée. Du haut de ses 26 ans, c'est une femme assez têtue et qui peut faire preuve de mauvaise foi lorsqu’elle se trouve en tort.  Elle possède cependant un esprit vif et ses arguments sont nombreux, alors bon courage si vous la lancez sur un sujet à débat.

Quand elle est en colère, ses narines se dilatent et ses yeux lancent des Avada Kedavra en chaîne. “Le dragon de l’infirmerie” prend alors tout son sens. Oh Juliette ne s'énerve jamais sur ses patients. Sur les fautifs ou les adultes en revanche… Un conseil : ne soyez jamais responsable d’un accident.
Elle a tendance à se méfier des gens qu’elle ne connaît pas sans pour autant le montrer. Le petit sourire qu’elle affiche en permanence est un sourire résigné, celui d’une personne que la vie n’a pas épargnée mais qui reste cependant chaleureux.
L’aîné Leroy estime que les personnes à qui elle parle n’ont pas besoin de savoir quand elle va mal et que seules les émotions positives ont le mérite d’être affichées. Elle ne souhaite causer de tort à personne et déteste l’idée d’en faire pleurer d’autre. C’est quelqu’un qui peut rester immobile lorsqu’une personne pleure tout simplement car elle ne sait pas quoi faire pour sécher des larmes. Au contraire, Juliette aime voir les gens sourire grâce à elle, cela lui donne l’impression d'être utile.

L'infirmière a bon coeur et déteste voir une personne dans le besoin, elle est sensible à toute forme de désespoir et de peine. Lorsqu’elle n’est pas enfermée entre les 4 murs de l'école, elle se promène dans les rues à la recherche de personnes précaires à aider. Et Merlin seul sait à quel point il y en a. Un paquet de clopes, un sandwich, une bouteille d’eau, des vêtements chauds. On pourrait presque la prendre pour une bénévole.
Ses patients préférés ont le droit à certains privilèges comme des bonbons, mais chut.
C’est une personne très tolérante et qui ne porte pas le moindre jugement avant d’avoir assez d’informations pour le faire. Elle ne recule devant personne, qu’il soit humain ou non.
Elle n’est pas du genre à mentir pour arranger les gens, mais comme tout le monde, elle a des secrets. La condition de sa soeur, la clé de son coeur, elle n’est pas du genre à se confier au premier venu. C’est plutôt elle qui écoute car même si elle parle durement et crûment, elle reste une oreille attentive et de bons conseils. Il est très simple de se confier à elle principalement car elle est tenue au secret professionnel dans le cadre de son travail et c'est une chose que la femme respecte énormément.

La curiosité et l’impatience sont ses plus grands défauts. Elle n'hésite pas à mener ses enquêtes lorsqu’elle entend des bruits de couloir suspects. Les élèves parlent beaucoup dans l’infirmerie, aussi elle est au courant de pas mal de ragots, ce qui lui permet de s'intégrer plus facilement.
Elle perd patience rapidement quand elle n’obtient pas ce qu’elle veut. Si vous avez un souci administratif, je vous conseille de l’emmener avec vous. Je suis certaine que même les gobelins trembleront au son de sa voix contenue.
Juliette ne fait pas peur mais elle peut parfois être intimidante. Avec ses yeux bleus perçants, sa petite frimousse tachetée et son nez retroussé, on pourrait penser qu’elle est innocente. C’est se fourrer le coude dans l’oeil. Elle résume très bien à elle toute seule le dicton “les apparences sont trompeuses”.

Son expérience en hôpital a servi à développer ses réflexes. Elle est capable d’agir sous la pression et sans paniquer ce qui fait d’elle une personne adaptée en cas de crise ou de blessure grave. Elle est également très réactive de sa baguette alors n'espérez pas trop lui jouer un mauvais tour !
Juliette ne cache pas son passé, mais n’est pas du genre à le crier sous les toits. Peu de gens savent qu’elle a été fiancée - beaucoup pensent qu’elle l’est encore à cause de l’alliance qu’elle refuse d’enlever. Elle ne les contredit pas et évite les questions trop personnelles en changeant de sujet. Elle est encore très sensible là-dessus et ne supporte pas qu’une personne se permette de salir la mémoire d’Isis, en lui disant de l’oublier, de passer à autre chose. Elle ne ressent pas le besoin d’être comprise des autres, elle souhaite juste qu’on la laisse en paix et qu’on évite de lui dire quoi faire. C’est un sujet qui la froisse et elle peut devenir très sèche, très vite. Parler d’elle-même n’est pas son activité préférée et elle évite de mélanger vie privée et vie professionnelle.


Histoire

Lecture au présent en italique.
Lecture au passé en normal.
Dialogues ou citations en gras.

Il est presque l’heure pour elle d’ouvrir l’infirmerie. Elle ne sort jamais de ses appartements le matin, le réveil est toujours difficile et Juliette met du temps à émerger. Vraiment beaucoup de temps. Personne ne la voit avant l’heure. Elle prend son petit-déjeuner dans sa chambre. Enfilant son uniforme de travail devant son miroir, elle repense à sa vie.

Ses parents se sont rencontrés à Poudlard et ne se sont plus jamais quittés. Sa mère, Margaret, est une née de moldus (non-maj comme on dit ici) anglaise et son père, John, vient d’une famille aux racines françaises, mais il est anglais également. La femme travaille dans le monde moldu en tant que conseillère bancaire. Dans le monde magique, la totalité des banques sont contrôlées par les gobelins, alors pour exercer sa passion, elle n’a pas eu d’autres choix que de passer des diplômes moldus. Le chef de la famille, quant à lui, est un agent de sécurité dans le monde sorcier. Il s’occupe d’escorter et de protéger les célébrités et autres personnes qui l’embauchent. C’est un métier qui peut s’avérer dangereux parfois. L'infirmière se souvient qu’un jour, son père est revenu du travail avec une écharpe au bras, car un groupe de fans voulaient attenter à la vie de son client. Il les avait maîtrisé, mais n’en était pas ressorti indemne. Heureusement, ces cas sont rares. Elle est donc née en Angleterre, le 26 novembre 1990. La petite Juliette n’a jamais manqué de rien. Ses parents étaient présents pour tous les grands événements de sa vie de petite fille. Premiers pas, premiers mots, anniversaires. Elle connaît tout des deux univers de sa famille, le monde moldu et le monde magique. Sa mère l’avait d’ailleurs inscrite dans une école maternelle moldue, en Angleterre. “Pour lui ouvrir l’esprit et la rendre tolérante” elle lui avait expliqué. Et son père se chargeait de lui raconter les plus belles histoires du monde sorcier.
Dès son plus jeune âge, elle montrait les signes de sa force de caractère. La brune sourit en y repensant. Elle n’en faisait qu’à sa tête et les caprices n’étaient pas exceptionnels. Elle se faisait souvent punir à l’école, “le coin” n’était pas un endroit inconnu car elle y avait passé beaucoup de temps. Les remontrances de ses parents étaient presque quotidiennes, mais elle ne les écoutait pas. Une enfant difficile ? Certainement.

Ses frères vinrent au monde en 1995, elle allait avoir 5 ans. De vrais jumeaux, parfaitement identiques jusqu’à leur adolescence. Théophile et Théodore. Ses petits frères chéris maintenant devenus grands. Elle a toujours préféré les appeler TP et TD. Si au début, il était compliqué de les différencier, ils développèrent au fil des années des attitudes et une façon de parler différentes, ce qui rendait bien plus simple leur identification. La vie des Leroy devint vite compliquée. La guerre, latente au début, prenait de l’ampleur au Royaume-Uni. Les lois durcissaient la vie des nés de moldus et des sangs mêlés issus de né de moldus. Ils étaient en danger. Son père était menacé par les mangemorts et sa mère, poursuivie. Ils devaient s’en aller, trouver refuge. La destination fut simple à choisir. Les Etats-Unis Amérique. Ils parlaient la même langue et cela allait faciliter leur passage. Voyager magiquement était proscrit si l’on voulait éviter de se faire remarquer. Une nuit en 1997, les Leroy firent leurs valises et prirent l’avion. C’était une première fois pour Juliette, âgée de presque 7 ans. Elle s’en souvient de ce soir comme si c’était hier. Elle avait beaucoup crié et c’est à ce moment que ses pouvoirs se sont manifestés. Elle s’était enfermée dans sa chambre et sa volonté était tellement forte que ses parents n’arrivaient pas à l’ouvrir à l’aide de la magie. Ils ont failli rater l’avion à cause d’elle. Elle n’avait plus rien dit de tout le trajet. Se déplacer en moldu était long et éprouvant pour ses nerfs. Elle se souvient que pendant le trajet, elle n’a eu cesse de repenser à ses amis à qui elle n’avait pas pu dire aurevoir. “Trop dangereux” selon ses parents. Elle s’était sentie vraiment triste.
Quand Juliette est arrivée sur le sol américain, elle n’avait plus que sa famille. Le monde autour d’elle lui semblait aussi familier qu’étranger, ses repères étaient chamboulés. Elle ne cessait de renifler de mépris lorsqu’elle entendait les gens d’ici parler. Quel horrible accent. Au fil des années, elle a perdu ses intonations britanniques pour manger les mots comme les autres. Lorsqu’elle rend visite à ses parents, elle reprend naturellement leur accent.
Il lui fallut un temps d’adaptation assez long. Capricieuse et impertinente, elle ne se gênait pas pour faire des remarques à tout le monde. Elle se lia d’amitié avec des filles et garçons de son âge, mais ce n’était pas pareil qu’en Angleterre. Rien n’était plus pareil.
La naissance de sa petite soeur, Louison, fin 1999, lui offrit une chance de s’intégrer de nouveau. La petite fille alors âgée de 9 ans se réjouissait de la présence d’une autre fille. Elle adorait ses frères, mais ils étaient deux, ils se comprenaient et se complétaient. Elle était seule et même si sa mère était aussi une fille, elle sentait comme un manque. Manque qui fut comblé par les beaux yeux de sa soeur. Pendant les trois ans qui la séparaient de sa rentrée à Ilvermorny, elle s’occupa de Louison sous la supervision de sa mère. Un lien spécial se créa entre eux. Juliette sourit à son miroir. Ce lien est toujours là, d’ailleurs, il n’a fait que se renforcer. Son sourire se fane. Sa petite soeur à qui on avait enlevé son innocence…

L’atmosphère à Ilvermorny était totalement différente de l’ambiance de l’école moldue qu’elle fréquentait. Juliette se fit de nombreux amis, son caractère impétueux impressionnait les autres et les attirait comme des aimants. Les punitions pleuvaient sur elle car elle n’hésitait jamais à répondre à un professeur ou à initier les bagarres avec ses camarades. Sa première année était marquée par beaucoup de courriers de ses parents. “Calme-toi ou tu vas rentrer !”  “Si tu continues comme ça Juliette, tu ne rentreras pas pour Noël et je demande au professeur Morsan de te coller pendant toutes les vacances !” Cela n’avait aucun effet et les menaces ne tenaient pas puisqu’elle revenait à chaque vacance. Elle ne supportait pas d’être séparée trop longtemps de sa famille et son comportement se calma après quelques années, lorsque l’âge ingrat la prit. Malgré sa mauvaise attitude, Juliette parvenait à garder des notes correctes ce qui lui assurait le passage en année supérieure. Ses résultats ne se sont améliorés qu’une fois arrivée en quatrième année.

L’année scolaire 2007 marqua son esprit. Les yeux de l’infirmière devinrent à la fois nostalgiques et tristes à ces souvenirs. Isis Kwan. Une élève étrangère aux yeux envoûtants qui entrait dans la même maison qu’elle, en sixième année. Sa mère, une Coréenne, venait de se remarier et sa fille souhaitait vivre avec son père, un Américain. Elle avait passé toute sa vie en Corée et allait à l’école de magie Mahoutokoro avant de débarquer à Ilvermorny. Son anglais était imparfait, elle avait cet accent si adorable. Répartie à Puckwoodgenie, Juliette l’a tout de suite adoré et elles ont sympathisé le jour de leur rencontre. Par la suite, on ne les voyait plus l’une sans l’autre, aucune dispute ne venait les troubler. Isis a toujours eu cet effet hypnotisant sur les autres. Elle savait garder cette aura de mystère autour d’elle, ses yeux taquins pouvaient la fixer pendant des heures sans qu’elle ne s’en sente gênée. Si certains se posaient des questions sur la nature de leur relation, ce n’était pas leur cas. Une amitié fusionnelle, voilà ce que c’était. Leur conversation, leur gestuelle, tout était indéfinissable pour les autres. Et ça avait toujours été comme ça, le monde de l’une et de l’autre. Son regard accrocha son anneau. Même si maintenant, son monde à elle n’existait plus que dans sa mémoire. Isis était une travailleuse, elle voulait devenir tatoueur. Elle dessinait extrêmement bien et Juliette ne pouvait que l’encourager.

L’année suivante, elle entamait sa dernière année sans savoir ce qu’elle allait faire après. L’orientation, un sujet délicat. Juliette n’avait pas de préférence. Isis la taquinait souvent à ce sujet. “Fais des études d’art et on se monte un salon toutes les deux !” Sauf qu’elle ne savait pas dessiner. Fin 2008, le mois de décembre allait bientôt commencer. Les vacances approchaient et elle avait hâte de voir sa famille. Ses frères étaient à Poudlard, mais Louison et ses parents lui manquaient atrocement. Ce Noël, Isis allait venir fêter Noël avec eux. Tout allait être parfait.
Sauf que rien n’est parfait.
Quelques jours après l’anniversaire de sa soeur, elle reçut une lettre de ses parents. Sa soeur, sa petite soeur chérie, sa choupette… Son poing se serre et la rage l’envahit. Mordue par un loup-garou. Elle s’était enfuie seule, dans la nuit noire, de leur maison en pleine campagne. Perdue au milieu de nulle part. Une proie facile, si fragile. Juliette était passée par plusieurs stades. Tout d’abord, la colère. Colère envers ses parents qui n’avaient pas su retenir leur fille. Colère contre elle-même pour être bloquée ici, à se dire qu’elle aurait pu empêcher cette fugue. Et enfin colère contre sa soeur, contre sa stupidité. Elle n’était pas fière de sa première réaction. Elle avait envoyé une beuglante salée à sa petite soeur où l’aînée exprimait sa colère, sa peur. Elle l’a regretté si fort qu’une lettre suivit de près la beuglante. Dans celle-ci, elle exprimait toute sa tristesse, sa frustration, son envie d’être présente aux côtés de sa soeur. Elle essayait de la rassurer. Mais qui rassurait-elle vraiment ? Cet épisode a changé la vie de leur famille. Louison a changé. Isis était là pour l’épauler, pour les épauler tous.

Isis… Elle hante ses nuits, parfois ses journées. Le deuil est fait, mais les souvenirs restent. Parfois, son esprit s’égare vers elle et lorsque c’est le cas, elle repense à ça.
Janvier 2009. Isis et Juliette sont dans une salle vide, il est 14h et elles ont décidé de sécher les cours. Un doux fond de musique tourne à l’aide d’un tourne-disque ensorcelé. Les deux élèves fument leur cigarette, en silence, assises sur un pupitre. Isis se lève et commence à danser lentement. Juliette ne peut que la regarder se mouvoir, hypnotisée par sa silhouette sensuelle. Son doigt tapote sa cuisse en rythme avec la musique et la semi-asiatique l’observe à son tour, les yeux à demi ouverts, les lèvres étirées. Elle jette son mégot au sol et prend l’une des mains de son amie, l’amène vers la piste improvisée. Ensemble, elles dansent, les yeux dans les yeux, les mains dans les mains, corps contre corps. Le tableau est parfait, le moment magique. Les lèvres d’Isis viennent se poser naturellement sur celles de Juliette et le tableau devient vraiment complet. Ca ne la surprend pas, elle s’y attend presque. Les bras de l’asiatique viennent s’enrouler autour du cou de l’aînée Leroy et ses mains à elle se posent sur ses hanches, comme à leur place. Ni l’une ni l’autre ne se posent de questions, leur comportement coule de source. Elles dansent à l’unisson, les lèvres scellées les unes contre les autres, comme une promesse silencieuse. La larme roule sur sa joue sans qu’elle ne puisse l’en empêcher. Vivre sans elle est un combat quotidien qu’elle essaie de mener la tête haute. Elle la sèche de sa main et tombe sur son second tatouage. Depuis qu’elle a fait faire le premier, ils se multiplient.

C’était en juin. Les examens approchaient et Isis allait fêter son dix-huitième anniversaire le 25 du mois. Elle voulait absolument fêter ça en se faisant tatouer et bien sûr, Juliette devait l’accompagner pour en faire de même. Si l’asiatique voulait en faire son métier, il fallait bien trouver un cobaye ! La tradition était née, à chaque anniversaire d’Isis, elles iraient se faire tatouer. Mais Isis n’a pu faire que le premier et Juliette n’a jamais brisé cette tradition. Aujourd’hui encore, elle continue. Le premier a été fait sous le côté gauche de sa poitrine. Le second orne son poignet droit et le troisième est sur sa cuisse gauche. Le quatrième est sur le bas de son flanc droit alors que le cinquième recouvre la quasi-totalité de son bras gauche. Le sixième se trouve sur sa cheville droite. Quant au dernier, il s’agit d’une phrase qui enroule sa cuisse droite. Heureusement, seul celui à son poignet est visible lorsqu’elle travaille.
En octobre de la même année, le cauchemar commence. Isis a du mal à bouger les bras et les jambes, elle est toujours fatiguée. La visite chez le médicomage est obligatoire. Mais le docteur ne trouve rien alors les filles sont orientées vers le côté moldu. Après plusieurs examens, le verdict tombe. Isis est malade, très malade. Le genre de maladie dont on ne ressort pas indemne, dont on ne ressort pas tout court.
Une sclérose latérale amyotrophique (SLA, appelée aussi la maladie de Charcot.
C’est héréditaire et il semblerait que cela provienne de la famille de sa mère. Isis est condamnée. Condamnée. Ce mot résonne encore dans ses oreilles, elle revoit le jour où elles l’ont appris. Petit à petit, toutes ses fonctions motrices vont disparaître. Elle ne pourra plus marcher, plus bouger, plus parler. Plus respirer. Le médecin moldu lui suggère déjà de rester ici, à l’hôpital. “Impossible. Si je dois mourir, je veux profiter de la vie !” Isis était ébranlée mais restait forte. Juliette l’a toujours admiré pour ça. Si seulement elle avait eu sa force… Le père d’Isis ne peut pas s’occuper d’elle alors l’aînée des Leroy l’oblige à rester avec elle, chez ses parents.
Sa famille se doutait certainement de son lien spécial avec la jeune fille. Ils l’avaient tous déjà vu, elle était déjà venue. Elles pouvaient mettre un mot sur leur relation, mais ça a toujours été obsolète pour elles. Un couple. Elles étaient en couple.
Les Leroy l’adoptèrent et quelque part ça soulageait Juliette. Elle n’aurait pas voulu choisir entre elle et sa famille. C’est à cet instant que la jeune fille décide de faire des études. Des études d’infirmière. Pour mieux comprendre comment se sent Isis, pour pouvoir totalement l’aider. Pour elle. Et au final, elle adore ça. Elle n’aurait pas pu continuer quelque chose qu’elle détestait après sa disparition, c’était impossible, surtout si cela lui rappelait constamment son souvenir.


Trois ans plus tard, elle avait son diplôme. A 21 ans. Pour fêter ça, Isis l’a demandé en mariage. Le mariage, qu’est-ce que c’est ? L’union de deux êtres qui s’aiment, certainement. Une manière de prouver qu’on veut passer le restant de ses jours avec l’autre. Pour Isis et Juliette, c’était simplement la façon de se dire “La vie continue et tu es toujours vivante. Profitons-en !” Elle avait effectué son alternance au Sanatorium, au service des virus et microbes magiques lors de ses études. Grâce à son assiduité, elle avait été embauchée pour y travailler à plein temps. C’était un service pourri. Juliette grimace à ce souvenir.
En décembre 2012, Isis fut admise à l’hôpital. Elle n’avait plus le choix, son souffle commençait à pâtir de son état et elle devait être branchée sous respiratoire. Dans cette situation, il était impossible de la laisser chez les Leroy. C’est à ce moment-là que Juliette quitta la maison familiale pour s’installer dans un studio miteux à New York, là où se trouvait l’établissement où Isis devait désormais résider. Son logement était le dernier de ses soucis. De toute façon, elle n’y retournait que pour dormir un peu. Ses journées suivaient le même schéma. Elle se lève et va travailler. Puis après le travail, elle reste avec Isis jusqu’à la fermeture de l’hôpital. Quelques mois passèrent et bientôt… On a beau s’y préparer, personne n’est prêt à accueillir la mort. Juliette avait pourtant eu le temps de s’y faire. Elle savait très bien qu’un jour, Isis n’ouvrirait plus les yeux.

Le 12 mars 2013, Isis, sa vie, son monde, son âme soeur, ferma définitivement les yeux.
Elle était morte. Morte, morte, morte. Ce mot si horrible ne pouvait quitter sa tête. Juliette ferme les yeux, le souvenir est si douloureux. La douleur lancinante est toujours là, elle ne part jamais. Elle est juste cachée et sort dès qu’on l’appelle. Elle avait beau lancer tous les Revigor du monde, rien n’y faisait. Elle ne respirait plus.

Par la suite, Juliette est devenue un fantôme, un zombie, une goule ou tout ce qui vous vient à l’esprit. Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. On ne voyait jamais Juliette sans Isis et inversement. Maintenant, on ne verrait plus Isis. Et Juliette n’était pas une exception. Le mois de juin arriva rapidement, l’anniversaire d’Isis également. Elle irait se faire tatouer, puis passerait la journée sur la tombe de l’amour de sa vie. Car oui, c’est l’amour de sa vie, personne ne pourra jamais la remplacer. Jamais. De toute façon, Isis est partie avec son coeur. Toutes les journées étaient fades. Elle allait travailler et retournait se terrer dans son studio, là où elle pleurait toutes les larmes de son corps desséché. Elle ne voyait plus personne, ni amis, ni famille - même si cette dernière tentait par tous les moyens de la contacter.
Ce jour-là, elle retrouve Louison, sa soeur, près de la tombe d’Isis. Et c’est ce jour-là qu’elle reçut sa bouée de sauvetage.

Le spiritisme a toujours rendu Juliette septique. Parler aux morts, et puis quoi encore ? Mais elle aurait accepté n’importe quoi, même un pacte avec le diable, pour pouvoir revoir Isis ne serait-ce qu’une seconde. Toutes les deux se rendirent à une séance et bizarrement, ça lui avait fait du bien. Elle n’avait pas vraiment parlé à Isis, il fallait être stupide pour y croire. Mais l’esprit semblait réagir avec la pièce dans laquelle elles étaient. Elle l’avait senti. Senti ! Elle avait pu se confier, libérer ses pensées, déballer son sac. Elles étaient ressorties quelques heures plus tard et Juliette était plus vivante. Grâce à sa petite soeur. Louison… Elle a toujours été là pour Juliette et parfois Juliette a l’impression de ne pas être assez là pour elle.
Le temps passait, Juliette se remettait peu à peu, elle faisait son deuil et elle se rendait compte à quel point elle avait sombré. Elle reprit contact avec ses amis, sa famille, et fit attention à ses conditions de travail. On avait clairement abusé de sa faiblesse et ça n’allait plus se passer comme ça. Elle envoyait balader son chef qui se vengeait en utilisant tous les moyens de pression possibles. Il voulait la faire démissionner. Il la harcelait. Et elle ne pouvait rien faire puisque les autres avaient peur de lui. Elle était la seule à réagir.

Ce n’est qu’en 2014 qu’elle trouva le moyen de partir et de s’éloigner de ce tyran. Ilvermorny cherchait une infirmière pour la rentrée, la leur partait en retraite. Il ne lui fallut pas longtemps pour se décider à postuler. Sa soeur était encore en études, elle y voyait également un moyen de s’en rapprocher, mais aussi de l’aider dans sa condition. La jeune femme alors âgée de 23 ans postula et eut le temps de passer une rapide formation pédagogique avant de prendre son poste. On lui avait notamment appris à travailler avec des enfants porteurs de handicap et elle avait revu les maladies non-magiques susceptibles d’être présentes à l’école, comme le diabète. On l’avait prévenu que certains élèves devaient être suivis pour cela.

Et maintenant, elle est ici. Presque 3 ans ont passé depuis sa prise de poste. Juliette aime beaucoup l’ambiance de l’école et adore ne pas avoir de patron direct, même si elle doit rendre des comptes à ses supérieurs. C’est elle la maîtresse de l’infirmerie et Todoki en est la mascotte. C’est le petit lapin que Louison lui a offert, il traîne dans son bureau quand elle travaille.
L’aînée Leroy est contente de pouvoir être proche de sa cadette. Elle s’occupe d’elle avant et après ses transformations et  a l’impression qu’elle ne pourra jamais être plus en phase avec sa soeur que lors de ces moments privilégiés.
La brune aime les enfants de cette école et son caractère s’est adouci à leurs côtés. Cependant, elle reste toujours la même Juliette, impertinente et fougueuse avec les autres, collègues compris.

Tous les 25 juin, elle se rend au même salon de tatouage et sur la tombe d’Isis.
Elle ne l’a pas oublié. Sa vie privée en pâtit. Elle ne reste jamais longtemps avec une femme. Juliette regarde l’alliance qu’elle porte à son doigt. Elle ne la quitte jamais, quoi qu’en disent les autres.
Certaines de ses copines ont voulu prendre sa place, mais personne ne peut prétendre la remplacer. Les relations sérieuses lui font peur, elle le sait. Jamais elle ne pourra retrouver quelqu’un comme Isis... Elle ne supporte plus d’entendre une déclaration, mais elle a besoin de contact et de s’abandonner dans les bras de quelqu’un. La solitude est une amie vicieuse.

L’heure d’ouvrir l’infirmerie approche. Juliette va se mettre en chemin. Mais avant, il faut attraper Todoki et lui mettre ce foutu harnais.



Derrière l'écran
Pseudo : Juliette !

ge :Trop vieille pour vous petits chenapans ! (23 ans)

Code du règlement : Validé par Adridri

Célébrité sur l'avatar :La belle Scarlett Simoneit

Où nous as-tu rencontrés ? Vous êtes partenaires avec un autre forum que je fréquente !

Quelque chose à rajouter ?Tout est beau et bien ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 382
Multi-comptes : Louison


Bienvenue parmi nouuuuus :love:

J'ai hâte d'en apprendre plus sur toi, future grande soeur :pls:

N'hésite pas à nous MP si tu as besoin de quoique ce soit :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier


Bienvenue à toi !

J'espère que tu te plairas ici :ballon:

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 657
Multi-comptes : Evan


BIENVENUUUUUUUE :mouton:
Nous t'attendions impatiemment :supplice:
Bon courage pour ta fiche, au plaisir de te croiser sur la partie RP :arc:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 24


Héhé merci à vous trois :banana:

Je vais tâcher de terminer ma fiche rapidemment, j'ai hâte de RP avec vous tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Modératrice


Messages : 133


Ouuuh un personnage qui m'a l'air intéressant, j'ai hâte d'en savoir plus sur toi et de te croiser sur la CB et en RP !
:pole:

Bon courage pour la suite de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




Bienvenue sur le forum ! :pole:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




BIENVENUE :ballon:
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 24


Merci à vous trois ♥ !

Je viens quémander un petit délai, je dois rendre un truc pour la fin de semaine et ça me prend le temps que j'avais prévu pour avancer dans ma fiche :snif: :eh: :fire: :elektrik:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 382
Multi-comptes : Louison


Bien entendu :huhu:

Cinq jours accordés, ça te laisse jusqu'au 15.01 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 118
Multi-comptes : Heather K. Tweedle


Bienvenue ♥
Hâte de voir cette charmante infirmière IRP o/

Bon courage pour ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 382
Multi-comptes : Louison


Ton délai arrive à terme demain, tu as besoin d'un autre ? :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 24


Coucouuu !

Oui si c'est possible y_y j'ai repris le taff (intérim -> vive le jour au lendemain), je n'ai pas encore terminé è_è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 657
Multi-comptes : Evan


Coucou :coeur:

Aucun souci, on te remet les 5 jours par défaut mais n'hésite pas à revenir vers nous le 22 si tu as besoin d'un peu plus ! :rainbow:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 24


Je vous aime :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 108


Bienvenue sur Ilvermorny :ballon:
J'espère que tu te plairas et j'ai hâte de te voir validée :rainbow:

_________________


ME, MYSELF AND I

I don't need a hand to hold, even when the night is cold 'cause I got that fire in my soul.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 24


Merci Pearl ! :pole:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maîtres de la Répartition


Messages : 49


Bienvenue chez les...
... Professeurs !
Félicitations !Nous avons le plaisir de t'annoncer que tu es validée ! Bravo, le plus dur est derrière toi ! Le staff t'invite maintenant à venir te recenser et à réclamer ton avatar dans les différents sujets appropriés afin d'être sûr que personne ne te vole ce pour quoi tu as si durement travaillé. Une fois recensée, tu pourras enfin créer ta fiche de liens, ton journal de bord pour tenir les autres joueurs au courant de l'évolution de ton personnage et ta boîte aux lettres, dans la catégorie correspondant à ton personnage (volière d'Ilvermorny pour les élèves et professeurs ou bureau de poste du district pour les adultes). Selon ton envie, tu peux aussi directement te mettre à RP en trouvant un partenaire. Pour ce faire, tu as la possibilité d'en trouver un qui traîne sur la ChatBox, de poster dans le sujet de recherche ou de poster un topic libre.

Si tu as des questions supplémentaires, n'hésite pas à contacter un membre du staff qui se fera une joie de te guider !

Nous te souhaitons d'agréables moments de jeu sur Ilvermorny et au plaisir de te croiser sur la zone RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 
Juliette Leroy - Terminé - 28.01.17
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luce Leroy (terminé)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Juliette Taylor Lewis {Terminée °0°}
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny ::  :: Cérémonie de répartition :: Répartition des adultes et des professeurs :: Adultes et Professeurs - Fiches acceptées-