Entrez à Ilvermorny et venez étudier dans la célèbre école de sorcellerie, travailler au COMEUDA ou même boire un verre à Cockaigne, petit village entièrement sorcier situé au pied d'Ilvermorny !
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Take the journey to enjoy the view || Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Libre

Take the journey to enjoy the view


Vendredi. Enfin. Le moment que Quinn attendait depuis lundi matin. Et le pire dans tout ça, c'était qu'elle terminait ce dernier jour de cours avec une heures d'Astronomie et astrologie. Rien qu'une heure, c'était atroce. Olàlà, quand elle y pensait elle se demandait comment elle ferait le reste de l'année, parce que là, c'était que la deuxième semaine de cours... La blonde ne comprenait toujours pas comment elle avait fait pour avoir B. Faire semblant de suivre dans ce cours n'était pourtant pas ce que Quinn savait faire de mieux. Heureusement pour elle, la blonde aurait l'occasion de se distraire quelques heures plus tard. À peine le professeur leur souhaita une bonne journée que ses affaires étaient déjà rangées, son sac fermé et la porte ouverte. C'était comme automatique. La jeune fille balança son sac de cours sur son épaule et sortit de la salle de torture comme à son habitude, avant tout le monde.

La jeune Womatou zigzagua longtemps entre les élèves qui se pressaient tous jusqu'aux sorties. Elle grommela toutes sortes de réflexions sur les élèves qui s'arrêtaient juste devant elle pour faire demi-tour, dire au revoir à leurs amis ou autre. À ce moment-là, elle n'avait qu'une envie : leur marcher dessus. Mais son but à elle, n'était pas de rejoindre la sortie pour travailler dans la salle commune. Non, pas aujourd'hui. La sixième année se dirigeait vers la réfectoire où elle était presque sûre de trouver Heather. Les deux filles se connaissaient depuis toujours et elles avaient toujours été dans la même classe jusqu'à ce qu'elles arrivent à Ilvermorny où Heather fut répartie parmi les Serpent Cornu alors que Quinn rejoignait les Womatou.  

Souvent aux interclasses, à la pause déjeuner et à la sortie des cours, elle arrivait à croiser son amie au réfectoire ou bien à la bibliothèque. Elle aussi étaient toujours bondée, comme les couloirs. Plutôt normal, car la plupart des élèves apprécient la tranquilité de cette pièce après les cours. C'est donc en pensant la trouver là-bas que notre amie s'installa près du rayon sur les sorciers du XVe siècle sur un des sièges mis à disposition contre le mur. En sentant la bonne odeur du café, elle fronça les sourcils s'apprêtant à coincer un élève qui aurait eu la bonne idée d'emmener un café dans la bibliothèque alors que le réglement intérieur l'interdit formellement. Mais elle ne trouvait pas le coupable des yeux et elle n'était ni présidente, ni vice-présidente, alors elle se mis à dessiner sur un bout de parchemin en attendant de voir son amie. Son pied taper sur le sol nerveusement. L'impatience la tuera un jour.

Au bout d'un quart d'heure, il n'y avait toujours pas d'Heather à l'horizon. De ce fait, elle se leva et sortit par la porte la plus proche. Elle n'avait jamais rien à faire à cette heure-là, alors elle marchait sans réellement savoir où elle allait. Elle se retrouva dans les tours et plus exactement, au grand balcon. C'était pratique pour envoyer des hiboux, et puis, la vue était magnifique. Quinn s'assit sur le rebord du balcon, elle rêvait, le regard perdu vers l'horizon.

©clever love.

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661


Take the journey to enjoy the view



Ce que je préférais avec les vendredis, c'était que mon emploi du temps me laissait un grand créneau entre midi et deux pour me promener, glandouiller, travailler - à l'occasion, ou pour organiser une session du Club de Sortilèges. Mais ce jour là, à la fin de cette longue semaine dont les jours s'étaient égrainés sur un rythme mortellement lent, rien de tout cela n'était prévu, car je me dirigeais vers un événement un peu spécial qui avait nécessité une intense préparation. J'avais profité de mon mercredi après midi pour acheter un paquet de chocolats à la canneberge de chez Toffeelords, une confiserie de Cockaigne plutôt fancy. Ce matin, j'avais tenté de dompter l'épaisse tignasse qui me servait de chevelure pour avoir l'air "plus beau". Eh oui, l'heure était un peu atypique pour ça, mais j'avais un rendez-vous avec une fille en septième année chez les Puckwoodgenies, une jolie blondinette du nom de Jen.

Plus tôt dans la journée, j'avais réussi à convaincre Jen de sauter le dessert afin que nous puissions partager quelques chocolats dans un endroit romantique, comme le grand balcon, qui, je l'espérais, serai un peu au calme après le repas du midi. Alors, je courrais dans les escaliers, respectant ma sale habitude qui consistait à avoir dix vilaines minutes de retard. Secoué dans tous les sens, en enjambant les marches quatre par quatre, mes cheveux se remirent dans leur état de rébellion permanent et je pouvais sentir les chocolats se balader dans la boite que je tenais négligemment sous le bras.

J'arrivais enfin sur le balcon, débraillé, en sueur et essoufflé, un triste portrait qui ne trahissait cependant pas la réalité de ma vie sentimentale. Essayant de faire comme si je n'étais pas en train de mourir d'asphyxie, je cherchais du regard la jolie Jen. J'approchais d'une belle silhouette blonde d'un pas qui se voulait décontracté avec mes jambes flageolantes et engourdies par un genre d'effort que je fournissais (trop) rarement, et avec un grand sourire de marchant de tapis.
- Hey, Jen, pardon pour le retard, je...

La silhouette blonde se retourna, mais ce n'était pas Jen. Mon sourire se mua en une grimace de déception et d'embarras, en dépit du fait que je me retrouvais quand même à parler à une très jolie fille. En vérité, je la connaissais, il s'agissait de Quinn, une sixième année qui participait au Club que j'organisais. Je passais la main dans mes cheveux, histoire de définitivement tirer un trait sur l'idée d'être présentable.
- Oh, salut Quinn... Je... Désolé, je t'ai pris pour quelqu'un d'autre. Dis, t'as pas vu une élève de septième année, blonde, à peu près ta taille ? On avait... Rendez-vous ici, il y a dix minutes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Jessie & Libre

Take the journey to enjoy the view


Personne ne saurait dire combien de temps elle est restée là, à rêvasser. Il y avait bien quinze bonnes minutes qui devaient s'être écoulées depuis. Mais quand les élèves n'ont pas le droit de sortir à Cockaigne, l'un des rares villages sorciers des États-Unis, il était bien difficile de partir à l'aventure. Quoique, dans le village sorcier non plus il n'y avait pas grand chose... C'est dans ces moments-là que Quinn se rend compte à quel point le Texas lui manque. Et Heather aussi d'ailleurs. Parce qu'à Ilvermorny tout est différent, elles ne se voient plus, elles se croisent dans les couloirs, s'arrête pour parler cinq minutes pour aller dans un autre cours. Bon après il y avait les cours communs bien sûr, mais ce n'est pas pareil. En cours, elles sont censées suivre, pas rattraper le temps perdu. Après, il reste les week-ends, mais là aussi, il faut qu'elles prévoient tout ça à l'avance. La preuve, aujourd'hui Quinn la cherchait et ne la trouvait pas, elles ne se croisent que lorsqu'elles ne s'y attendent pas ou qu'elles n'ont pas le temps.

Elle soupirait en regardant le paysage quand une voix s'adressa à elle ? Le jeune homme était en train de se confondre en excuse quand Quinn se tourna vers lui, intriguée. Le visage de Jessie Goodman perdit de son éclat. Jen. Il s'attendait à voir cette belle blonde de 7e année, évidemment. Beaucoup de garçons lui couraient après.
Mais non, ce n'est que moi, pensa-t-elle en s'efforçant de lui sourire.

« Salut Jessie. Oui, j'ai cru comprendre... Jen, hein ? Je la connais de vue, mais nope, je ne l'ai pas vu ici. Soit elle t'a posé un lapin, soit elle est encore plus en retard que toi. »
Très susceptible, Quinn faisait tout ce qu'elle pouvait pour que ça ne se voit pas et elle y arrivait bien. Mais elle restait toujours vexée et la blonde ne cessait d'y penser après. Elle passa une main dans ces cheveux, signe qu'elle ne savait plus trop quoi faire. Pour le moment, Jen n'était pas là, mais elle se sentait déjà de trop. Enfin, "pour le moment" si elle vient. Parce que vu comment c'est parti, le pauvre septième année allait manger sa boîte de chocolat tout seul. Parler ce n'était pas son fort. Devait-elle tout de même engager la conversation pour que ce silence gênant laisse place à une discussion gênante ? Elle se dit que c'était probablement la meilleure chose à faire, parce que le silence, lui, était lourd et plus les secondes passaient, plus Quinn avait envie de disparaître ou au moins de se faire toute petite.

« Alors... Tu viens souvent ici ? »
Bah bravo, demande lui aussi s'il mange souvent du chocolat ou ce qu'il fait dans la vie, tant que tu y es. Olàlà Quinn, sors de ta grotte, essaie de sociabiliser plus souvent parce que là... pensa-t-elle en regardant son interlocuteur.
La jeune Womatou adorait rencontrer de nouvelles personnes, ça, c'est un fait. Mais elle n'appréciait pas particulièrement être confrontée à eux avec cette sensation de malaise qui plane dans les airs.


©clever love.

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661


Jessie - Take the journey to enjoy the view



La subtilité n'avait jamais été mon fort. Je me rendis compte, après coup, que je n'avais sans doute pas été très classe. Quinn m'imita, passa une main dans ses cheveux et resta silencieuse quelques instants après avoir prononcé les mots qui fâchent. Poser un lapin. Je baissais les bras et la tête, profondément dépité par cette situation. Quinn en profita pour me demander, certainement pour combler le silence gêné qui s'était installé entre nous, si je venais souvent ici.
- Manifestement... Non, répondis-je en soupirant.

Et c'était vrai. Je n'étais pas doué dans le domaine sentimental et je ruinais constamment toutes mes chances avec les quelques filles à qui j'osais demander de sortir et qui, elles, osaient dire oui. C'était déjà un miracle statistique que la jolie Jen eut accepté de passer un moment avec moi et j'avais merdé.
- Non, non, elle est ponctuelle... Elle est certainement déjà partie et, moi, je suis un crétin, me lamentais-je en grimaçant et en hochant la tête, comme si une certaine forme de douleur pouvait se lire sur mon visage.

Je me retournai et marchai vers un mur sur lequel je me laissai glisser mollement de manière à être assis, le dos contre le mur, avant de plonger brièvement ma tête dans mes mains. Bon, de toute manière, si le miracle n'avait pas eu lieu, au niveau mathématique, je n'avais rien de moins qu'avant ce rendez-vous raté. Et puis, je n'aimais pas me sentir mal, il fallait balayer ce nuage noir qui flottait au dessus du sommet de mon crâne. D'un geste étonnamment vif, je tirai sur l'emballage des chocolats à la canneberge de chez Toffeelords afin d'en découvrir tous les appétissants trésors sans dessus dessous, qui n'avaient pas apprécié le voyage mouvementé des escaliers. Après avoir brièvement contemplé les chocolats, je tendis la boite en direction de Quinn avec un petit sourire encore un peu tristounet.
- Hum, ça fait beaucoup de chocolats pour une seule personne. Tu veux te joindre à moi et admirer la vue, Quinn ?

De l'autre main, je l'invitais à venir s'asseoir à mes côtés, si elle le voulait bien. Je m'aperçus, juste après ma question, que je connaissais pas Quinn aussi bien que cela, à part nos brèves conversations au Club et que j'étais certainement un peu trop direct. Et puis, je ne voulais pas qu'elle pense qu'elle ferait un bon plan de secours pour cet échec cuisant. C'était tout moi ça : il n'y avait aucune arrière pensée, juste un élan de sociabilité et beaucoup de maladresse.
- En tout bien, tout honneur, hein. Enfin, a moins que tu n'aimes pas les chocolats. Ou les beaux paysages, rajoutais-je en souriant. Chaleureusement, cette fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 983
Multi-comptes : Kendra Chevallier




Quinn & Jessie & Libre

Take the journey to enjoy the view



Quinn écarquilla les yeux en repensant à ce qu'elle venait de dire. Quelle délicatesse. Qu'est-ce qui lui a pris de dire ça... Le pauvre Jessie préférait sûrement ne pas penser à un potentiel rejet de la part de Jen. Après, Quinn était toujours très franche, c'est vrai. Et souvent, lorsqu'elle faisait part de ses opinions autour d'elle, la demoiselle ne se préoccupait pas de savoir ce que les autres en penseraient. Sa franchise était autant un défaut qu'une qualité. Elle se mordit la lèvre. « Je... Je suis désolée, je voulais pas dire ça de façon aussi directe... » dit-elle précipitamment en faisant une moue confuse.

Elle s'était levée du balcon et s’adossa contre celui-ci. Quinn imaginait très bien ce qu'il pouvait ressentir. La sixième année voulait l'aider, mais là, elle ne voyait pas du tout comment. Elle ne connaissait pas Jen et ne pouvait pas la faire venir d'un coup de baguette. Alors, lorsque Quinn l'entendit se qualifier de « crétin », elle faillit sortir de ses gonds et ne put s'empêcher de faire un nouveau commentaire. « Non, dis pas ça. Peut-être que tu es en retard, mais au moins, tu es venu. Jen n'est pas quelqu'un de bien si elle ne peut même pas tenir parole. Sérieusement, c'est mieux que tu le vois de toi-même maintenant plutôt que trois mois plus tard, tu ne crois pas ? Enfin, personnellement, je préférerais. Parce que sortir avec une personne qui ne partage pas tes sentiments, c'est pire. » répondit Quinn en essayant de le rassurer. Et la blonde savait très bien de quoi elle parlait. Plus le temps passe et plus ça fait mal, alors autant arrêter avant même que ça commence. Après elle comprenait parfaitement que Jessie ne soit pas de cet avis. Quinn ne connaissait pas Jen, mais désormais la Womatou ne voulait même pas en entendre parler. Faire espérait le pauvre garçon de cette façon, c'est pathétique. C'était le genre de personne qui dégoûtait fortement Quinn.

La jeune fille s'efforça de penser à autre chose, son empathie pouvait gêner certaines personnes, elle la première. Là par exemple, elle se demandait pourquoi elle accordait autant d'importance à l'acte de Jen alors que ça ne la concernait même pas. C'était peut-être méchant, mais la sixième année se rassurait en se disant que le malaise présent n'était probablement rien comparé à celui qu'il y aurait entre Jessie et Jen à leur prochaine rencontre.
L'Oiseau-Tonnerre lui proposa de se joindre à lui et la blonde fronça les sourcils, appréhendant ce retournement de situation. Mais avant même qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, le jeune homme se reprit ce qui facilita la réponse de la demoiselle.
« Tu as de la chance, j'aime les deux ! » lança-t-elle en riant. Elle alla s'asseoir à côté de Jessie et posa sa tête contre le mur en soupirant.
« On fait bien la paire, tiens. Tu vas à un rendez-vous et il n'y a pas la personne que tu veux et moi, j'ai cherché Heather pendant une heure et rien non plus. Nous sommes les exclus du vendredi soir. » Quinn baissa les yeux sur la boîte de chocolats et ajouta en souriant : « Mais on a de la chance, on a le meilleur des antidépresseurs ! »


©clever love.

_________________


   
Freedom
Now I'm a warrior, I've got thicker skin, I'm stronger than I've ever been and my armor, is made of steel, you can't get in. I'm a warrior and you can never hurt me again.
And so... The adventure begins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 661


Jessie - Take the journey to enjoy the view


Je répondis à sa moue confuse, celle qui exprimait probablement une forme très minime de regret suite à sa première question lancée un peu avant que son cerveau ne l'analyse, avec un haussement d'épaules léger qui voulait dire : passons au delà de la remarque. Nous n'allions quand même pas faire une montagne d'une phrase aussi banale, surtout quand j'avais moi-même lancé la première question maladroite qui avait engendré ce silence gênant. Je l'écoutais discourir sur la beauté intérieure des retardataires et à propos de sa philosophie personnelle de la vie de couple avec un sourire amusé. Je ne me moquais pas d'elle, bien au contraire, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle essaye de me rassurer ainsi en se sentant aussi contrariée intérieurement. Assis, dos au mur, je pris une mine exagérément grave, étant incapable de me retenir de faire l'idiot plus de cinq minutes.

- Alors n'attendons plus une seule minute, Quinn, fuyons ensemble et maintenant ! N'attendons pas qu'un inévitable retard de dix minutes à notre premier rendez-vous nous sépare !, déclarais-je théâtralement. En vérité, j'étais mal à l'aise avec les discours sentimentaux, et encore plus lorsqu'ils venaient de la part d'une femme, alors je déviais l'attention de la plus facile et de la plus lâche des manières : en faisant l'imbécile. Le pire, c'est que tu as certainement raison. Pauvre Jen, elle ne sait pas ce qu'elle rate parce que je l'aurais fait danser jusqu'au bout de la nuit ! Adossé au mur, je me mis à chanter et à effectuer une version plutôt personnelle de la macarena, jusqu'au râle final, le sempiternel "EEEEEH MACARENA, AH !" que je ponctuais en pointant Quinn des pistolets imaginaires ringards qui me servaient de doigts, sans savoir si Quinn connaissait ou non ce grand classique Non-Maj.

Je n'en revenais pas qu'elle choisisse quand même de s'asseoir à côté de moi après ça. On lui avait aussi posé un lapin et c'était une coïncidence que l'on se soit croisés ici à cette heure. J'enfournai un gros chocolat dans ma bouche, que je mâchais avec grandes difficultés et en faisant beaucoup trop de bruit pour être considéré comme une personne à cheval sur les bonnes manières et je brandis la boite sous le nez de ma voisine de balcon. Je connaissais Heather puisqu'elle faisait, elle aussi, partie de mon petit club de Sortilèges.

Vas-y, venge toi sur les chocolats, ils sont là pour ça, disais-je, la bouche pleine, de manière quasiment inaudible. Je me mêle sans doute de ce qui ne me regarde pas, mais vous aviez prévu de faire un truc ? Réviser des sorts ensemble ou un autre truc du style ?

J'avalais tout rond un gros morceau de chocolat qui collait aux dents en laissant mon regard se perdre dans le splendide paysage qui s'offrait à nous. D'un côté, et assez égoïstement, je suis plutôt content qu'elle ne soit pas là, lâchais-je, plein de malice. D'abord, ça nous fait plus de chocolat à partager, et puis j'aime bien le nom de notre duo : les exclus du vendredi soir. On dirait un nom de groupe ringard des années 80 dont ma mère regarde les clips à la télé.

Une majestueuse nuée d'oiseaux traversa l'horizon. Le soleil, qui avait passé son zénith, baignait ce splendide paysage d'une lumière très vive qui faisait ressortir les couleurs des reliefs et des forêts, au loin. Tu te rends compte de la chance que l'on a d'être ici ? demandais-je, emporté par un bref instant d'ébahissement et de nostalgie mêlées. Quinn ne pouvait que deviner si j'évoquais la quiétude de l'instant que nous partagions tous les deux ou si ma réflexion se rapportait à ma dernière année à Ilvermorny. Même après tout ce temps, j'avais encore du mal à admettre que tout cela existait vraiment et cette sensation me terrifiait et me fascinait en même temps. Je soupirais : les paysages, le chocolat et la simple présence de Quinn me rendaient guimauve.

Et nous restâmes une dizaine de minutes assis l'un à côté de l'autre à nous gaver de chocolat en discutant du paysage, de l'école, de nos rêves respectifs et du reste. C'était agréable d'apprendre à connaître Quinn et plutôt surprenant d'avoir une conversation aussi profonde avec une quasi-inconnue. Mais les rencontres, à Ilvermorny, étaient parfois comme cela, pleines de bonnes surprises. Notre conversation allait bon train, au point que nous ne nous étions point aperçu qu'une autre personne était arrivée au Grand Balcon. Ce n'était pas Jen et, de toute façon, je ne savais pas si j'aurai eu envie de lui parler. Non, il s'agissait de Heather, membre du club de sortilèges, elle aussi, et la personne que Quinn attendait depuis tout ce temps. Je me relevais péniblement (condition physique vraiment nulle) en souriant aux deux jolies jeunes femmes qui se tenaient là. - Ah, tiens, salut Heather ! Bon, je vais vous laisser... Je crois qu'il reste une petite poignée de chocolats dans la boite... Je vous fait confiance pour en faire bon usage !, disais-je en pointant du doigt la boite que j'avais laissé à côté de Quinn.

Je lançais un dernier regard en direction du paysage, suivi d'un silence contemplatif. - Profitez bien du paysage, aussi... Les années passent si vite, ici. Allez, à plus ! Je tournais les talons et partais dans les couloirs en soupirant de nostalgie et en laissant Quinn et Heather seules sur le balcon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 
Take the journey to enjoy the view || Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny ::  :: Le château :: Les tours :: Grand balcon-