Entrez à Ilvermorny et venez étudier dans la célèbre école de sorcellerie, travailler au COMEUDA ou même boire un verre à Cockaigne, petit village entièrement sorcier situé au pied d'Ilvermorny !
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 J'aurais voulu être un artiste [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Messages : 280


J'aurais voulu
être un artiste

Libre ~
Plus...Profitant des derniers beaux jours de l'automne, Daniel décide de se prouver qu'il n'est pas totalement dénué de sens artistique. Comme il s'y attendait, c'est un échec, mais ce à quoi il ne s'attendait pas, c'était qu'on vienne lui parler !
Le ciel était encore clair en ce dimanche matin, et j'avais décidé de mettre ce beau temps relatif à profit pour profiter du paysage et exercer une fois encore mes talents d'artiste, ou plutôt tenter de palier à leur absence. Muni de parchemins, de plumes, mais aussi d'un carnet tout ce qu'il y a de plus No-Maj en papier, et d'une trousse entière de stylos en tous genres, j'avais établi mon quartier générale sur le grand balcon.
J'adorais cette atmosphère paisible et presque irréelle d'être suspendu au-dessus de la montagne. De plus, où que se portait le regard, le paysage était proprement à couper le souffle. Plus d'une fois, j'avais été tenté d'immortaliser cette vue sur mon téléphone, mais je préférais ne pas prendre le risque qu'un No-Maj (au hasard, ma mère) tombe dessus et ne me pose trop de questions.

L'un dans l'autre, le résultat était le même : j'étais planté près de la balustrade, à tenter de capturer l'essence de la montagne sur papier.
Mais au final, le résultat ressemblait plus à un gâteau qu'autre chose -et encore, à un gâteau mal cuit.
Eh meeeeerde... Y a pas à dire, c'est vraiment pas mon rayon.D'un air blasé au possible, soupirant.

D'un geste nerveux, je froisse la feuille, qui va rejoindre un tas déjà conséquent. Une coquille d’œuf sous Engorgio me sert de corbeille : autant éviter que mes brouillons ne se perdent. Et surtout... D'une série de sorts simples, je lisse le papier et en fais disparaître la majorité des traces de crayon et d'encre. Bon, il y a fort à parier que d'ici quelques jours, les sortilèges se dissiperont et mes feuilles ressembleront aux œuvres d'un Picasso sous stéroïdes... mais j'y réfléchirai en temps voulu.

Je suis tiré de mes travaux par un bruissement d'ailes. Il ne s'agit que de Pupuce, qui revient de son petit tour matinal. Le connaissant, il est sûrement allé à la volière taquiner les chouettes de l'école. Il se perche sur mon épaule et commence à me picorer le crâne pour réclamer mon attention -et sûrement à manger.
Ca va, tu vas l'avoir ton bonbon, sale bête !Avec une pointe d'amusement.

Je farfouille dans ma poche, levant les yeux au ciel, alors que Pupuce piaille dans mon oreille :
Ton bonbon ! Ton bonbon !

D'un geste de baguette, je rassemble mes papiers et les organise un peu. Si mon perroquet est dans le coin, je peux être sûr qu'il ne vas pas se gêner pour s'en faire un nouveau nid ! Seulement, voilà, mon geste est un peu trop amble et mon coude heurte une personne qui avait le malheur de passer derrière moi à ce moment là. Je me retourne vivemnt.
Ah ! Désolé, je t'avais pas vu, euh...?Confus, puis interrogateur en tentant de reconnaître son interlocuteur.
(c) Yvi

_________________

If there is no struggle
There is no progress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 657
Multi-comptes : Evan


Grab a brush (and put a little makeup)

Hailey avait réussi à tenir sa promesse intérieure de sacrifier une grasse matinée de son week-end, qui, d’après elle, lui était pourtant largement due, afin de délivrer un message de la plus haute importance : vendredi, sa sœur Oneida avait essuyé une retenue pour avoir embrassé un garçon dans les couloirs ! En tant que grande sœur modèle et peste professionnelle, Hailey avait passé son samedi après-midi à rédiger une longue lettre, relatant les faits dans leur plus précise intégralité, destinée à sa mère qui, elle le parierait, se chargerait de lui envoyer une Beuglante en retour – depuis que sa mère Non-maj avait appris l’humiliation subie par l’ouverture d’une Beuglante en plein petit-déjeuner, elle guettait le moment opportun pour en envoyer à l’une de ses filles. C’est en riant dans sa barbe à la pensée d’une Oneida rouge tomate et de sa propre personne s’étouffant dans son chocolat chaud matinal qu’Hailey grimpait d’un pas lourd les escaliers menant à la volière.
Etant certaine d’être seule, la jeune Womatou râla à voix haute, empirant son essoufflement.

– Pff… Pff… Pourquoi faut-il… Pff… que la volière… Pff… soit tout en haut ?

Après quelques minutes d’intense effort – au revoir, déodorant – ponctué de râles d’agonie, Hailey noua sa lettre autour de la patte d’un hibou long courrier et le somma de partir au plus vite, direction le Mississippi. Lorsque la créature battit des ailes pour s’envoler, elle effraya un de ses congénères qui se déplaça de quelques centimètres… et posa la patte en plein sur la lettre. Avant que la jeune femme ne puisse réagir, son facteur s’envola et le nœud se défit, laissant son courrier sur le rebord de pierre tachetée de fientes.

– Non ! Attends ! Hibou, cria-t-elle tout en se jetant sur le bout de papier, qui menaçait de tomber. Elle ne réussit néanmoins pas à l’attraper à temps et il glissa dehors, poussé par le courant d’air produit par Hailey.

Tapant du pied, notre héroïne commençait à se dire que le karma en était responsable et qu’il était peut-être mieux qu’elle n’ait pas envoyé cette lettre, quand son incroyable perspicacité la frappa : n’y avait-il pas un balcon, à Ilvermorny, dont un côté se terminait juste sous la volière ?  Cinq ans dans cette école pour ne toujours pas la connaître, c’était un record. Afin de s’assurer qu’elle n’aurait aucun regret, Hailey décida de se rendre sur ce balcon vérifier si la lettre n’y était pas tombée. A vrai dire, se pencher au-dessus du garde-fou aurait probablement suffi, mais entre quelques escaliers de plus et des fientes plein le t-shirt de bon matin, le choix n’était pas très difficile.

Elle était donc repartie. Arrivée sur le balcon, Hailey repéra la seule personne sur le balcon, un élève avec un magnifique perroquet sur l’épaule – trop occupée à observer l’oiseau, elle ne remarqua pas que le garçon bougeait et son pied alla à la rencontre du coude du jeune homme alors qu’elle passait près de lui avec la ferme intention de ne pas le déranger.

Il se retourna vivement alors qu’Hailey faisait le vœu improbable qu’il n’ait rien senti et s’excusa. Gênée, la Womatou le reconnut et s’excusa à son tour, étant responsable de cet accident.

– Oh, non, c’est moi, excuse-moi. Oh, salut Daniel, se permit-elle, connaissant Wright comme étant de sa promotion. Dis-moi, t’aurais pas vu un bout de papier tomber par-là ? J’ai eu un petit accident d’accrochage de lettre et elle est tombée. J’espérais qu’elle soit tombée ici pour pas avoir à la réécrire… Si tu ne l'as pas vue, ça ne fait rien, hein, c'est juste que… Oh ! Qu'est-ce que tu dessines ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 280


J'aurais voulu
être un artiste

Libre ~ Hailey Evans-Miller
Plus...Alors que Daniel s'efforce d'oublier le fait qu'il n'est pas vraiment fait pour l'art, il rentre en collision avec sa camarade Hailey, à la recherche d'une certaine lettre.
Je mets à peine une seconde à reconnaître la personne qui vient de faire plus ample connaissance avec mon coude. Aussitôt, un large sourire éclaire mon visage.
Hé ! Salut Hailey !D'un ton chaleureux.

Sur mon épaule, Pupuce s'agite, tout heureux à l'idée d'avoir une nouvelle personne à ennuyer. Je lui glisse un regard méfiant, avant de répondre à la Womatou.
Euh, ça c'est... rien, t'en fais pas.Visiblement gêné.

Je me gratte la nuque alors que mes cheveux luttent pour virer... probablement à un bleu terne. Puis je froisse la feuille sur laquelle je travaillais avant de la lancer dans ma corbeille improvisée. Après plusieurs heures de gribouillages, s'il y a bien une chose que je maîtrise, c'est le lancer de boulettes de papier. Je me saisis ensuite de mon tas de feuilles re-vierges, avant de reprendre.
Une lettre tu dis ? J'ai pas vraiment fait attention, je t'avoue que j'étais un peu occuper à... faire du rien. Hem. Par contre, euh... Je suppose que tu as écrit ta lettre à l'encre ?Déjà un peu plus souriant.

Evidemment, qu'elle l'a écrite à l'encre. Quelle question débile ! Comment elle aurait fait autrement ? Avec une tablette gravée dans le marbre ? C'est Hailey, pas la fille de Moïse !
Question con, pardon. En tous cas, j'espère pour toi qu'elle n'est pas tombée dans ma corbeille, parce que... disons qu'elle aurait potentiellement très vraisemblablement été effacée dans la minute.Avec un demi-sourire navré.

C'est le moment que choisit Pupuce pour décider qu'il n'en a rien à faire de mon opinion. Dans un bruissement d'ailes, il migre de mon épaule à celle de la demoiselle et commence à piailler :
Hailey ! Hailey !

Avec un claquement de langue agacé, je tire de ma poche un genre de croquette enchantée qui s'envole, prestement suivie par l'animal. Avec un soupir mi-amusé, mi-confus, je constate qu'il a eu le temps de semer le chaos dans la chevelure de ma camarade.
Voilà, je te présente Pupuce, mon perroquet. Tu comprendras que je ne lui permette pas de me coller au train souvent ! J'espère qu'il ne t'a pas fait mal ?Amusé, tout en restant sincère.

Distraitement, je feuillette mes papiers, essayant de repérer une feuille de parchemin qui ne serait apparemment pas à moi, d'une couleur ou d'une taille différente... Mais j'avais amené un ensemble tellement hétéroclite que j'aurais été incapable de dire avec certitude ce qu'il en était. Je fourre le tout dans mon sac.
Avec un peu de chance, ta lettre n'a pas atterri chez moi, juste... Un peu plus loin ? Je vais t'aider à chercher.Retrouvant le sourire, la voix pleine d'espoir.

Récupérant mon dernier brouillon froissé dans la corbeille, je me dis que je peux aussi bien faire un geste pour excuser le comportement cavalier de mon perroquet et satisfaire la curiosité de la demoiselle. Avant de lui tendre, j'y jette un oeil aussi critique que peu convaincu. On dirait un haut de forme sur lequel on aurait renversé un bol de mélasse... Je lui tends non sans une pointe de honte. Une fois son inspection finie,  je récupère la feuille, et la range avec les autres. Un Reducto réduit ma corbeille à néant, puis j'oublie mes mésaventures artistiques et ma curiosité naturelle reprend le dessus.
Alors, dis moi tout. Qu'est ce qu'il y avait dans cette fameuse lettre perdue ? Un sort révolutionnaire qui transforme les gnomes en licornes ? Un ordre de mission top secret du COMEUDA ? La recette du cake au fruits de ta grand-mère ?Avec entrain.

J'avance tout en débitant mes absurdités, me penchant à intervalles réguliers au-dessus de la rambarde, dans l'espoir d'apercevoir un parchemin qui se serait senti pousser des ailes.
(c) Yvi

_________________

If there is no struggle
There is no progress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 657
Multi-comptes : Evan


J'aurais voulu ...

Malheureusement pour les recherches nonchalantes de la Womatou, Daniel répondit par la négative et informa Hailey que si sa lettre était, par malchance, tombée dans sa corbeille enchantée, l’encre serait effacée. La jeune femme voulut répondre Oh, bon, ben t’as gagné une enveloppe et un parchemin, alors !, mais l’oiseau tropical ne lui en laissa pas le temps et elle ne put formuler qu’un « Oh » avant qu’il ne vienne se poser, dans un bruissement de plumes colorées, sur son épaule et que son onomatopée ne se mue en un petit cri de surprise.

Daniel réagit au quart de tour et attira son perroquet autre part que sur une partie du corps d’Hailey, mais lorsque l’animal s’envola, son aile battit désagréablement sur le visage de la jeune femme et le courant d’air créé par son envol imita un nid dans ses cheveux. Hailey postillonna une plume avant de répondre à l’oiseau d’un ton amusé :
– Enchantée, Pupuce, moi c’est Hailey, puis de se tourner vers Daniel. Ne t’inquiète pas, je suis pas du genre à être effarouchée par les animaux. Je m’y attendais pas, je dois t’avouer, mais c’est vraiment un bel oiseau.

La Womatou passa une main rapide dans sa chevelure pour essayer d’aplatir le tout et remarqua, du coin de l’œil, que les serres de Pupuce avaient fait un petit trou dans son gilet. N’en ressentant aucune animosité grâce aux possibilités offertes par le monde magique, Hailey lança un petit Reparo après avoir tiré sa baguette de sa poche kangourou où se blottissait Wilson et non sans lui avoir prodigué une discrète caresse.

Daniel lui tendit alors une de ses créations récentes, d’un air peu convaincu. N’ayant aucune connaissance technique en arts plastiques et un sens de l’esthétisme plutôt vague, Hailey ne comprit pas la honte que pouvait ressentir le Puckwoodgenie à montrer son œuvre et s’extasia silencieusement dessus puis fit une moue approbatrice afin de lui faire comprendre qu’elle trouvait sa peinture agréable à l’œil. Daniel rangea ses affaires et se mit alors en quête de mon parchemin.

– Euh … Alors c’est… Un ordre de mission top secret, on peut dire ça… Destiné à l’éminence qu’est… ma mère. Hailey hésita. A propos de ma petite sœur. Elle a enfreint le règlement d’une façon très grave et impardonnable. Elle a … embrassé un garçon ! annonça-t-elle d’un air très grave avant de partir d’un rire franc.

Hailey fit un tour sur elle-même, lentement, pour essayer d’apercevoir la lettre quelque part sur les dalles du balcon, puis reprit ses explications :

– En fait, ma mère est née Non-maj et depuis que mon père est plus avec nous, elle a dû adopter la communauté magique comme étant la sienne alors qu’elle y connaît rien. A son anniversaire, en troisième année, quand ma sœur est elle aussi entrée à Ilvermorny, on lui a envoyé une Beuglante où on chantait joyeux anniversaire et ça lui a tellement plu qu’elle guette la moindre opportunité pour nous embarrasser au petit déjeuner en nous envoyant la pire des Beuglantes. Parce que, évidemment, ma sœur a eu la bonne idée de lui raconter à quel point les élèves sont embarrassés lorsque leurs parents hurlent à travers le réfectoire depuis une enveloppe qui a une bouche. Et je viens lui fournir une excellente raison exagérée d’en envoyer une à ma sœur !

Hailey rejoint Daniel près du bastingage.

– Toi et Judith, vous faites des choses comme ça, aussi ? essaya-t-elle pour faire la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 280


J'aurais voulu
être un artiste

Libre ~ Hailey Evans-Miller
Plus...Sans complexe, Daniel et Hailey se mettent à la recherche d'une lettre égarée par cette dernière.
Le compliment sur Pupuce me fait sourire bêtement, comme si à travers mon animal de compagnie, c'était à moi qu'elle adressait un éloge. Je lui laisse le temps de remettre un peu d'ordre dans sa crinière, pinçant les lèvres avec une pointe de culpabilité lorsqu'elle répare son gilet. Il faudra absolument que je me remette à dresser Pupuce, en revanche. Si par chance Hailey ne m'en tient pas rigueur, j'aimerais qu'un jour il soit capable de m'accompagner sans mettre la zone partout où il va.

Je ne m'attarde pas sur le cas de mon dessin. Elle ne semble pas être spécialement fascinée ou impressionnée, mais plus important, elle ne semble pas repoussée pour autant. Si c'était ma première préoccupation, cela me rassurerait peut-être sur le fait que ce n'est pas si horrible. Mais puisque nous avons une autre préoccupation dans l'immédiat, je ne m'attarde pas sur la question et écoute attentivement les explications d'Hailey.

Sa façon de mentionner sa mère me fait pouffer, et je ne retiens pas mon hilarité lorsqu'elle éclate de rire également. Je me calme tant bien que mal, écoutant tout le récit qui va bien. Je me prends à me demander comment ma mère réagirait si, un beau jour, Judith et moi lui envoyions une beuglante. Cette simple idée me fait sourire de plus belle et, avec un temps de retard, je réponds enfin.
Euh... Si tu veux, ma mère ne connaissait pas l'existence du monde magique quand papa... le père de Judith s'est installé avec elle. Du coup, même quand j'ai découvert l'un de mes innombrables talents ne relevant pas de l'ordinaire... Nous n'en avons pas vraiment parlé, tu vois ? Et du coup, même à partir du moment où elle a été informée par Ilvermorny, c'est un peu resté... pas vraiment un tabou, mais presque. Je me demande si elle en veut à papa de ne rien lui avoir dit avant.Un peu songeur, voire mélancolique.

Je soupire brièvement, avant de réaliser que ce n'est probablement pas le genre de réponse qu'attendait ma camarade. Je me compose bien rapidement un sourire plus engageant.
Enfin comme on dit, ça se tente, je verrai ça avec Bob. Même si je doute que ma mère soit aussi... taquine que la tienne. Enfin te connaissant tu as du bien faire les choses, je suppose que ce n'est pas le genre de lettre que tu pourras torcher en cinq minutes.Reprenant du poil de la bête.

Je me gratte la joue, me demandant comment diable je vais pouvoir assister Hailey dans sa quête. Par dessus mon épaule, je jette un oeil à la volière. Quelques plumes s'en échappent et je soupire, devinant que Pupuce a fini par attraper sa friandise et est présentement occupé à ennuyer les hiboux de l'école. Je pianote nerveusement sur la rambarde avant de tirer ma baguette.
Accio lettre d'Hailey !

Pas de bol, une plume vient me chatouiller le nez au milieu de la formule, me faisant bafouiller. Je croise les doigts, espérant que ma baguette aura correctement interprété l'ordre alors que la magie s'étend dans l'air. Mais, échec ou non, rien ne se passe. Je hausse les épaules, l'air de dire "Ca valait la peine d'essayer, non ?". Le brouahaha de la volière gagne subitement un niveau, et je me retourne, inquiet à l'idée que la situation ait pu dégénérer.

A ma grande surprise, quelque chose est bien en train de quitter la volière. Au début, je redoute que mon sort n'ait pas été assez spécifique et que toutes les lettres présentes à la volière soient en train de venir droit sur moi. Je laisse échapper un soupir de soulagement en voyant que rien de tout cela ne ressemble à du parchemin. Mais alors qu'est-ce ?

Je comprends -trop tard- que mon bafouillage ressemblait plus à "owl's litter" qu'à "Hailey's letter". J'ai à peine le temps de jurer avant que mon sort ne remplisse son rôle.
Me voici donc couvert d'un étrange mélange de fientes et de plumes. D'aussi près, et en telle quantité, l'odeur est tout bonnement insupportable. Avec un hoquet nauséeux, je pointe ma baguette vers moi et m'empresse de lancer un Herbifors. Me voilà aussitôt transformé en une véritable gerbe colorée. Je me débarasse des fleurs en m'ébrouant façon chien mouillé, constatant par la même occasion que quelques tâches demeurent. Bien sûr, même avec la magie, tout n'est pas aussi simple.

J'adresse un regard mi-désolé, mi-amusé à Hailey. Par chance, le sort a concentré son effet sur moi et ne semble pas l'avoir... éclaboussé.
Je pense qu'on ferait mieux de s'en tenir aux recherches manuelles. Cela dit, je suis sûr que la volière n'a jamais été aussi propre depuis la création de l'école ! Tu pourrais juste me dire s'il en reste, que j'évite de me promener partout avec du guano sur le dos ?Avec un amusement évident.

Je tourne lentement sur moi-même, les bras en l'air comme pour une inspection à l'aéroport. Ca ne nous avance pas vraiment, mais ce qui est sur, c'est qu'E.T. et Bob ne me laisseront jamais oublier cet incident si jamais elles en ont vent.
(c) Yvi

_________________

If there is no struggle
There is no progress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 657
Multi-comptes : Evan


La réponse de Daniel à la question innocente de Hailey lui rappela avec force que sa famille n’était pas la seule pour qui tout n’était pas rose. Grâce à ses rencontres, la jeune femme apprenait de mieux en mieux à ne plus se lamenter intérieurement sur son sort, c’était une bonne chose ! Son aveu l’avait néanmoins un peu refroidie et Hailey fut reconnaissante envers Daniel de revenir sur un sujet plus léger avant de lui laisser le temps de répondre.

Oh, ça ira ne t’en fais pas ! J’ai conservé mon premier brouillon, on va dire que je l’améliorerai ! Même si c’est un peu rageant d’être montée jusque là pour gagner un aller-retour gratuit !

Daniel lança un sortilège d’Attraction ciblant sa lettre – et dire que la Womatou n’y avait même pas pensé ! Décidément, elle se demandait si elle acquerrait jamais les réflexes sorciers – mais le résultat fut catastrophique. Hailey éclata de rire, non pas pour se moquer mais parce que la situation était vraiment loufoque, lorsqu’il fut recouvert de guano et de plumes.

Il effectua un tour sur lui-même afin de vérifier que son sortilège des plus poétiques l’avait débarrassé de toute tache intempestive, mais il lui en restait une sur le fessier. La jeune femme rougit à loisir et s’empressa de lancer un Tergeo rapide et efficace sur le pantalon de Daniel avant de fixer le sol d’un air déterminé – et embarrassé.

Et voilà ! Je suis sûre que les Puckwoodgenie te seront redevables lorsqu’ils verront que quelqu’un a nettoyé la liti… Oh ! Ma lettre !

Collée sous la semelle de la jeune femme à cause d’une fiente récente, elle n’avait pas remarqué le changement de démarche nécessaire à cause de ses énormes semelles. Elle s’en saisit du bout des doigts, l’air dégoûté, et renouvela son Tergeo afin de nettoyer l’enveloppe souillée.

Je te remercie pour ton aide : je n’aurais jamais pensé à regarder sous  mes pieds si tu n’avais pas eu une tache sur le… Hailey toussa, gênée et ne pouvant se résigner à lui avouer. Enfin, bref, merci. Si tu as besoin de quoi que ce soit, vas-y, j’aimerais t’aider en retour ! Peut-être as-tu besoin d’un instituteur de gros mots pour Pupuce ? D’un fournisseur de fruits à coque premiums ? Je t’écoute, n’hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 
J'aurais voulu être un artiste [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'aurais voulu être un artiste... Mais je SUIS un artiste !
» J'aurais voulu être un artiste
» ~~Honney~~ J'aurais voulu une vie plus mielleuse...
» j'aurais voulu vous dire à très bientôt mais je vous dirais juste au revoir mes amis ♥
» J'aurais voulu une épaule sur laquelle me reposer. (ft. Mei)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny ::  :: Le château :: Les tours :: Grand balcon-