Entrez à Ilvermorny et venez étudier dans la célèbre école de sorcellerie, travailler au COMEUDA ou même boire un verre à Cockaigne, petit village entièrement sorcier situé au pied d'Ilvermorny !
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Allison Weiss - L'aurore croit au loin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité




Allison Weiss
Passeport américain
Nom : Weiss. Vieille famille dont le nom a l'air d'avoir plus d'importance que le sorcier. Les Weiss sont connus depuis le XVIIème siècle, depuis que Helmut est entré au service de la justice magique en tant qu'auror. Depuis, rares ont été les générations de Weiss ne voyant pas l'un de ses membres - ou plusieurs - s'illustrer dans cette branche ou cette carrière. La matriarche de la famille tient une place de reine au Magenmagot et influe sur de nombreuses décisions tandis que son propre fils office dans la traque des créatures magiques dangereuses. Alors tout naturellement, ce passé influent revient fréquemment à l'esprit de tous ceux entendant parler des Weiss. Baguette : Bois de cèdre recouvrant le tout avec une plume de queue d'oiseau-tonnerre en son coeur, la baguette d'Al' est légèrement courbée et striée de nervures dont elle apprécie le contact sous son doigt.

Prénom(s) : Allison Saroya. Héritage d'une vieille tante morte en héroïne au combat, ce dont on ne cesse de lui râbattre les oreilles. Malgré tout, elle aime la sonorité de son prénom.

Sortilège favori :Bloclangue... pour enfin avoir la paix, fonctionnant beaucoup mieux qu'un silencio et étant par la même occasion beaucoup plus pénible pour la pauvre victime.

Surnom(s) : Alli', Al' plus souvent, Weiweiss si on a envie de l'énerver.

Patronus : Une lionne apparaît dès les premières lueurs argentés du sortilège, tantôt calme, tantôt rugissante.

Naissance : Née le 28 février 1986 au Sanatorium de Waverly Hills, petite originaire du coin.

Épouvantard : Des fils invisibles l’enlacent, s'enroulant autour de son corps pour pouvoir le faire mouvoir à leurs convenances sans qu'elle ne puisse réagir ou intervenir. Tentant de s'en défaire. D'hurler sans qu'aucun cri n'en sorte, juste un petit rire cristallin. Pâtissé, poli, irréaliste à ses oreilles.

Sang : Fait partie des douze familles de sang-pur de génération mais Allison n'est pas véritablement certaine de cette pureté. C'est seulement la notoriété de son ancêtre et des siens qui fait perdurer le nom des Weiss sur les bouches de la communauté, s'attendant à trouver un défenseur dans chacun de ses membres. Le sang n'a, au final, qu'une valeur idéologique complémentaire, passable... tant que le sorcier sait s'illustrer et agir pour la société magique. De véritables petits patriotes.

Métier : Au départ, elle ne voulait pas suivre bêtement l'affiliation de sa famille dans la justice magique contre les "forces du mal". Elle se destina donc à devenir guérisseuse mais se rendit rapidement compte que ce domaine était trop intellectuel et rangé pour elle. Le travail de terrain lui correspondait mieux, l'intéressait plus, comme l'appel de l'eau pour une sirène. Alors, elle finit par aller au Ministère, devenant chasseuse de râtisseurs. La traque l'a amené jusqu'au Canada où elle a séjourné quelques temps avant qu'on ne lui propose une passerelle vers le poste de tireuse d'élite, ses capacités en sortilèges étant plus reconnus dans le profil recherché, donnant alors du peps dans l'activité investigatrice des tireurs d'élite américains. Pourtant, elle sait que derrière cette proposition, c'est avant tout l'histoire de redorer le blason des tireurs d'élite par le lien avec sa famille mais que tous ses gestes sont comptés et détaillés, mise à l'épreuve constamment. Allison a peu de règles, peu de limites dû à son ancien job. Un atout qu'elle apporte à l'équipe dans son engouement total mais pouvant également être en leur défaveur, ce dont ils ne lui feront aucun cadeau. Cela fait trois ans qu'elle a rejoint les tireurs d'élite mais elle sent que son intégration n'est pas encore bien vu de tous.

Ancienne maison : La maison du coeur, de cet organe qui décide finalement de ces actions, de ces choix, de son avenir. La maison du Puckwoodgenie.

Animal de compagnie : En soit, Allison n'a pas d'animal de compagnie, ne sachant jamais si elle rentrera véritablement le soir chez elle. Néanmoins, il y a bien ce chat qui squatte le rebord de sa fenêtre et n'hésite pas à entrer lorsqu'elle est ouverte, se permettant de se coucher de longues heures sur le tapis et ayant même une gamelle dans un recoin de la cuisine. Avis à son propriétaire, il a été rebaptisé Félix. Comme Félix le chat.

Informations importantes
Ne rit pas toujours, ne comprenant parfois pas la blague en question mais rit fort lorsque c'est sincère ~ Entend souvent parler de sa famille et de sa bonne réputation en tant que défenseur de l'Amérique, l'allégorie allant jusqu'à la coupler forcément avec ce principe, la noyant dans la masse de ce nom qu'elle idolâtrait pourtant enfant. Ce qui peut la rendre imprévisible et pugnace. ~ Guère patiente, il y a toujours un signe qui trahit son impatience : doigt tapotant, pied gesticulant, langue qui claque. ~ Ne peut pas commencer sa journée sans sa tasse de café noir.~ Al' n'a jamais été fan des hauteurs, surtout des balais. Depuis qu'elle a vu un sorcier chuter de dix mètres, elle est réticente face à ce moyen de transport. Préférant largement le transplanage même si c'est plus dangereux. Elle n'a ainsi jamais postulé dans l'équipe de quodpot. ~

Résultats académiques
Matières suivies en 7ème année: Astronomie et astrologie, Défense contre les forces du mal, Herboristerie, Histoire de la magie, Métamorphose, Potions, Sortilèges, Etude des No-Maj' et Etudes des runes.

Résultats des AIGLES : Astronomie et astrologie : D.
Défense contre les forces du mal : A.
Herboristerie : B.
Histoire de la magie : B.
Métamorphose : A.
Potions : B.
Sortilèges : A.
Etude des No-Maj': A.
Etudes des runes : B.

Résultats des LIEVRE : Défense contre les forces du mal : A.
Herboristerie : A.
Histoire de la magie : B.
Métamorphose : A.
Potions : B.
Sortilèges : A.
Options (2) :
Etude des No-Maj' : A.
Etudes des runes : B.

Caractère
Vaillante - Passionnée - Impatiente - Téméraire - Rêveuse - Rebelle - Pugnace - Revancharde - Orgueilleuse - Fière - Butée - Nostalgique - Souriante - Sympathique - Possessive - Autoritaire - Désobéissante - Impulsive - Imprudente - Sarcastique - Indépendante - Nerveuse - Sensible - En recherche de reconnaissance propre - Communicative - Modeste - Active - Ordonnée - Ambitieuse - Intuitive - Juste (au bout du compte) - Loyal - Protectrice - Dynamique - Persévérante - aussi ouverte d'esprit que pouvant être fermée (tout dépend du sujet) - Sens des responsabilités - Tenace - Efficace (qu'importe les moyens employés, surtout professionnellement) - Dévouée à sa cause - Observatrice - Humble - Intègre -Curieuse - Chaleureuse.


Histoire
Allison, cinq ans.
« Eleveuse d’hyppogriffe ? Mais quelle idée as-tu donc eu, Allison ?! » S’éloignant du salon, Addison Weiss rigolait doucement, amusée par l’idée de sa fille. Sa fille qui tirait la moue, assise sur le sofa, ayant rejeté le petit livre pour enfant qu’elle était en train de lire. Elle n’appréciait guère qu’on se moque d’elle, surtout lorsqu’elle ne comprenait pas quel mal, il pouvait y avoir dans l’élevage de créatures magiques. N’était-ce pas dangereux et héroïque ? Elle qui se voyait déjà en train d’empêcher un troupeau d’hyppogriffes de piétiner New York, elle avait des étoiles dans les pupilles. Il y a un mois, elle souhaitait s’illustrer dans la danse, après avoir aperçu un ballet qui ébahi ses yeux d’enfants. Mais elle s’est rapidement rendue compte qu’elle n’avait pas assez de fluidité et de grâce dans ses battements de jambes pour réussir cette ascension. Alors, elle cherchait, s’inspirant de tous les contes pour enfants qu’elle lisait et de tout ce qu’elle entendait. Et étrangement, plus on lui rappelait que sa famille s’illustrait dans la glorieuse carrière d’auror, plus elle trouvait des idées éloignées allant jusqu’à gérante d’une auberge. Ses parents pensèrent à une crise visant à se montrer intéressante, ses frères à une crise de folie innée.

----

Allison, treize ans.
Laissant ses pieds la mener au grès des babioles entreposées, Allison satisfaisait sa curiosité en zigzaguant au milieu des clients de l’apothicaire, laissant son regard fourmillait de toute part à la recherche de l’ingrédient le plus bizarre et le plus intéressant. Elle s’arrêta par hasard devant un ensemble aussi mou que visqueux, d’un noir charbon guère appétissant, enfermé sous une cloche sous vide. S’avançant de plus en plus en se questionnant, elle sursauta lorsqu’un « bouh » résonna à côté d’elle. Accueillant son nouvel interlocuteur d’un regard noir, cela ne fit que rigoler ce dernier. Petit blond de sa taille, Maxwell se tenait devant elle, l’air aussi espiègle et souriant qu’à Ilvermorny. Là où ils s’étaient rencontrés lors de leur première année, il y a de cela trois ans. « Je crois que c’est un Jujubilus Obscura. Enfin, une partie toute dégoulinante. » affirma le gamin de treize ans. « Max ! Ne refais plus jamais çà. Et puis, tu l’as inventé ! » Nargua la jeune fille en relevant le nez comme pour affirmer ses dires. « Non, c’est vrai. Ca existe. Mon oncle Magnus en a vu un en Amazonie. Tu ne voulais pas que je te le dise ? » Mais Allison n’eut pas le temps de répondre qu’une tierce personne s’invita dans la conversation. Madame Weiss s’avança avec ses paquets, sourire aux lèvres.« Allison, qui est-ce ? » D’abord toute sourire, la concernée allait répondre mais se tut au début de sa phrase, l’air incertaine. « Max… » Un blanc se forma, rapidement couvert par la voix du garçon qui prit rapidement les devants avant que le doute ne s’installe. « Maxwell Wilkinson, Madame. Enchanté de vous rencontrer. » Oui, voilà. Le crétin s’était présenté tout seul, lui coupant l’herbe sous le pied et donnant en plus de cela son nom de famille. « Oh Wilkinson. Tu dois être le fils de Martha. Enchanté, jeune homme. Je suis ravie que tu comptes parmi les amis de ma fille. » Ce qui fit perdre son sourire à la sorcière, notamment après l’œillade accentuée de sa mère dans sa direction. Elle détestait quand elle faisait cela, malgré tout l’amour qu’elle lui portait. Souriant par automatisme, elle laissa sa mère et Max échanger quelques mots avant que cette dernière ne s’éloigne, l’informant qu’elle devrait la rejoindre dans vingt minutes au White Wyrven. La conversation entre les deux gamins continua encore quelques minutes, Max essayant de comprendre pourquoi son amie avait l'air si soucieuse. Elle avait beau répéter inlassablement "rien", il savait que quelque chose n'allait pas. Tellement boudeuse que sa mine renfrognée ne pouvait pas s'y méprendre mais tenace, la sorcière ne cracha pas le morceau ainsi il laissa tomber. De toute façon, ca finissait toujours par passer ou exploser. Comme au mois de mai où il avait mangé sa patacitrouille par mégarde. Il n'avait réussi qu'à la faire rire deux jours plus tard et en recrachant son jus de citrouille par les narines.

Allison finit par quitter Max, rejoignant sa mère au point de rendez-vous afin de rentrer. Elle la trouva en train de mettre de l’ordre dans son chapeau, toute trace de ses achats ayant disparu dans son sac sans fond. « Charmant, ce Max. Tu ne m’avais pas dit que tu fréquentais les Wilkinson, Alli’. Loreleï sera si fière de toi. Il s’agit d’une famille très bien sous tous rapport et honorable. Souvent destinés à diriger la société magique. » Addison était des plus enthousiastes. Depuis le temps qu’elle espérait voir sa fille rejoindre les traditions familiales, le fait qu’elle se lie d’amitié avec un membre des Douze familles était un très bon début encourageant. Contrairement à ses frères, Allison s’était montrée fière et émerveillée par les récits de leurs aïeux mais diablement farouche à l’idée de poursuivre leur œuvre. Pourtant, la défense de la communauté sorcière était des plus nobles et contrairement à d’autres, les Weiss ne criaient pas sur les toits tous leurs engagements auprès de la population. Humbles et charitables, c’était comme un devoir de sorcier qui leurs incombait, de part l’importance que leur nom avait pris au fil des siècles. Or, la petite dernière était réticente à continuer ce noble dessein pour une raison obscure qui échappait à Addison et son époux. « En fait, ce n’est pas mon ami. » rétorqua l’adolescente, frustrée que ses fréquentations soient aussi bien vues par sa famille et donc un meilleur moyen d’endoctrinement. Il était hors de question qu’elle ne leurs laisse penser qu’elle était si facilement manipulable et surtout qu’elle l’avait fait pour eux. Max était son ami car elle l’appréciait énormément mais le fait que sa mère sembla approuver cette relation amicale la chiffonnait. « Oh, tu m’en vois navrée. Je pensais que.. En tout cas, il a l’air de bien t’aimer. » Max était son ami, pas son objet magique. Alors elle fit ce que toute jeune adolescente bornée et rebelle en pleine crise d’adolescence aurait fait : elle s’éloigna de Max. Commençant par ignorer ses hiboux puis faire semblant de ne pas l’avoir entendu l’appeler.

-----

Allison, quatorze ans.
Lors de la rentrée suivante, Allison mit en place son plan, s’éloignant du jeune Wilkinson en se rapprochant d’autres amis. L’année passa sans accro sauf que le jeune homme était tenace, la harcelant à coup de « Tiens, tu parles. Merlin t’a redonné ta voix ? », de « Tu m’as parlé, tu m’as parlé » ou encore de parchemins voyageurs. On pouvait dire qu’il était tenace le garçon, surtout après deux ans d’amitié et le fait qu’elle lui parlait lorsqu’il y avait du monde autour d’eux mais se refusait de rester seule avec lui. Jusqu’à ce qu’il ne la coince au centre de la Grande Salle, le soir du bal d’hiver.
« Tu ne vas quand même pas me planter là ? T’imagines la honte que tu m’affligerais ?! » Le ton était badin et amusé et il prit finalement sa main dans la sienne pour rejoindre les autres danseurs. « dis-moi pourquoi tu m’évites et je te laisserai tranquille. »
« Bien sûr. »
« Promis ! » Le silence se fit quelques instants.
« C’est ridicule… » soupira-t-elle tout en tournoyant et levant les yeux au ciel, si bien qu’elle faillit trébucher.
« La raison ou tes pas de danse ? »
Œillade noire mais amusée. « La raison… Je ne voulais pas que ma famille s’imagine que je me rapprochais d’un Wilkinson. »
Un blanc se forma. « … Pourquoi ? Tu trouves qu’on a de trop grands pieds, ca jure ? »
« Quoi ?! Nooon. T’es bête, Max. Parce que tu fais partie de cette prestigieuse famille et que ca joue sur leur imaginaire. »
« Ils rêvent d’agrandir leur famille ? »
« Pire… d’endoctriner leurs mômes pour qu’ils répètent les mêmes actions que leurs parents et leurs parents avant eux afin de glorifier toujours plus la famille… »
« Ah. C’est vrai que tu as une parfaite tête de suiveuse, toi. » rigola-t-il avant de l’inviter à le suivre en direction du bar où ils continuèrent à discuter durant tout le bal.
Leur amitié débuta réellement comme çà. Une fois le malentendu dissipée mais pas totalement oublié, furetant parfois en cours d’année, les deux s’amusant à faire croire que cela devait rester un secret mais n’arrivait absolument pas à le tenir. Il faut dire qu’arriver en classe en éclatant de rire avait de quoi vous griller. Jusqu’à ce que la crise d’adolescence ne passe et qu’ils décident de grandir un peu en affichant publiquement leur amitié en se moquant des conséquences. Allison n’avait plus peur d’avouer réellement à sa famille qu’elle comptait bien suivre la branche qu’elle souhaitait, gardant pourtant en tête son attrait pour tout ce que ses parents faisaient. Sa fierté l’empêchait de le reconnaître à voix haute mais elle était réellement fière d’eux et aurait aimé marcher dans leurs traces… si seulement le principe de suivre quelqu’un ne la chiffonnait pas. Orgueilleuse d’indépendante.

-----

Et Ilvermorny finit par se terminer. Ses années d’étude s’arrêtèrent avec l’obtention de ses LIEVRES, faisant la joie de la famille Weiss, constatant le désir de la cadette de continuer dans une branche qui les touchait. Pourtant, la farouche sorcière décida de prendre une année sabbatique afin de décider ce qu’elle souhaitait véritablement faire. Allant de petits boulots en petits boulots et ayant sur son dos sa grand-mère piaillant sur son incertitude et ses choix. Après une énième dispute avec cette dernière, un foirage complet avec Max et un coup de tête abrupt, elle s’engagea chez les chasseurs de ratisseurs. Engagée dans cette lutte injuste, ne comprenant pas pourquoi les sorciers devraient se cacher autant et vivre dans la peur des moldus. Pire encore, être chassés par eux.

-----

Allison, vingt-quatre ans.
Frottant ses mains les unes contre les autres, la sorcière attendait patiemment au beau milieu de la neige tombant à gros flocons. Le nord de l'Amérique du Nord n'était pas connu pour être un pays clément et encore moins chaud, notamment en pleine période hivernale. Cela faisait désormais trois semaines qu'elle courrait en pleine forêt canadienne à la recherche de ce petit groupe d'extrémistes ayant pour sale habitude de coincer de jeunes sorciers venant de découvrir leurs pouvoirs, pour pouvoir les enterrer vivants au cœur des montagnes et plus particulièrement des carrières abandonnées du coin. Pas plus tard que la veille, ils avaient réussi à en attraper deux avec Sully mais leur troisième comparse s'était enfui et demeurait impossible à retrouver. Alors, elle faisait le pied de grue devant la vieille cabane abandonnée - plus semblable à un refuge - attendant que le lascar ne se pointe. Ayant oubli son matériel à l'intérieur, et surtout son butin, il repasserait surement dans le coin pour se faire joliment cueillir. Tout du moins, c'est ce qu'elle crut... à tord. Car sa mission eut vite fait de se terminer en urgences à la taverne magique du coin, dans un village sorcier paumé. L'affreux n'était pas revenu seul, ni sans défense. Le combat fut intense, la neige et le verglas n'aidant pas les sorciers, encore moins ces nouvelles armes automatiques et lointaines. Les moldus avaient évolué et semblé les connaître bien plus qu'ils ne l'auraient pensé. Allison fut grièvement blessée, la jeune sorcière étant impulsive et se jetant tête première au cœur de la bataille afin de faire diversion. Ce qui marcha mais la balle était rentrée dans son ventre, se logeant non loin du corps. Ce qui les empêcha de transplaner, pour ne pas faire bouger encore plus le métal mortuaire, les condamnant à utiliser de faibles sortilèges de soin qui la maintenu en vie jusqu'à ce que le premier village sorcier ne soit à portée de vue. Un guérisseur chaman lui porta secours et seule une cicatrice  à droite de son abdomen reste visible, lui rappelant alors que même un sorcier n'est pas immortel... et qu'un moldu est plus fourbe et sanguinaire qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Pourtant, elle en avait vu des malades sans pouvoir depuis qu'elle avait démarré sa carrière de chasseuse. Mais rien comme cet homme-ci.

Ce qui aurait dû la calmer ne fit que redoubler sa fougue et son tempérament brûlé, notamment après la perte d'un jeune sorcier. Elle n'arrivait pas à se pardonner sa mort, noyant son chagrin un soir dans le whisky pur-feu, au nord d'Alberta dans une ville entièrement sorcière et cachée aux yeux des moldus, ayant besoin le temps d'un soir de se retrouver parmi les siens. " Waaa, dis-moi que la bouteille n'était pas pleine avant que tu ne lui fasses passer un mauvais quart d'heure ?!" La voix lui paraissait lointaine mais elle la tourna quand même en direction du nouvel arrivant, ayant comme l'impression d'un souvenir ancien. Les images avaient du mal à se stabiliser devant ses yeux pourtant, ce fut bien lui qu'elle aperçut alors que le litre de whisky-pur-feu avait déjà fait son oeuvre. " Max... ?" tentant de se lever pour poser une main sur son visage et vérifier qu'elle ne rêvait pas, elle manqua le barreau du tabouret et tomba au sol, sombrant dans un sommeil tintant des clochettes et dont des centaines de balais tournaient autour d'elle.

Elle se réveilla le lendemain, ayant oublié toute la scène de la veille. La tête et le corps dans une pitoyable état mais ce n'était pas çà qui l'inquiétait sur l'instant, contrairement au lieu où elle se trouvait. Couchée dans un lit majestueux dont elle n'arrivait pas à trouver les extrémités, elle avait trop du mal à ouvrir correctement les yeux pour réussir à tout apercevoir. Mais rien que l'odeur et le moelleux du coussin lui indiquaient qu'elle n'était pas dans une chambre d'hôtel qu'elle aurait pu se payer. Jusqu'à ce qu'un poids se déposa à ses côtés, indiquant qu'une personne venait de s'asseoir à ses côtés. La peur prenant le dessus, elle roula sur elle afin de saisir la personne, se retrouvant au-dessus d'elle, une main sur sa gorge et l'autre prête à frapper, en dépit de ne pas avoir trouver sa baguette contre sa cuisse, ni même le poignard à sa cheville. " ... Heu, laisse-moi deviner, tu ne te souviens de rien ?" Elle écarquilla les yeux de surprise. " Maxwell Wilkinson ? " Elle avait trop bu, ce n'était pas possible. La dernière fois qu'ils s'étaient vus, c'était... quelques semaines après les résultats de leurs Lièvres, quand il lui avait dit qu'il sortait avec la pin-up d'Ilvermorny durant leur scolarité, ressemblant à un abruti sans cervelle. La dispute avait commencé et s'était envenimée lorsqu'il lui avait avoué penser habiter avec elle durant cette première année d'autonomie adulte. Et elle avait vu rouge, la dispute s'envenimant jusqu'à ce que chacun des deux ne vocifère cruellement sur les dures vérités de l'autre. Ils auraient pu se revoir par la suite, si seulement Alli ne s'était pas engagée chez les chasseurs de ratisseurs et partant pour le Canada par la même occasion. " Le seul, l'unique... sauf si tu continues à me tordre le cou, c'est pas que la vue n'est pas charmante mais ca commence à faire mal là." plaisanta-t-il en se tortillant sous elle. "Oh pardon." s'excusa-t-elle en reculant, laissant le sorcier respirer et pouvoir surtout bouger en s'asseyant à ses côtés. Malgré la gueule de bois, elle était des plus attentives, cherchant à se souvenir de ce qu'elle semblait avoir oublier.
" Mais qu'est-ce que tu fais là ? Qu'est-ce qu'on fait là ? Qu'est-ce..." C'était dingue.
" T'as vidé une bouteille entière à toi seule et cogné un sorcier au passage apparemment. Tu as amélioré ton crochet du droit. "
" Ah... ouais." tenta-t-elle de se souvenir sans que rien ne vienne. " Mais... toi ?"
" Les Chardonnerets de Fitchburg ont battu les Assaillants
de Stonewall, hier soir et on était venu fêter çà.
"
" Tu es loin de New York pour célébrer une victoire ?" fit-elle remarquer, suspicieuse.
" Ouais mais sans leur nouvel poursuiveur vedette, ca ne se serait pas fait." Cancanna-t-il alors qu'elle s'éloignait pour attraper sa veste, remarquant alors la luxueuse chambre d'hôtel où ils se trouvaient. " Oh... félicitation." Oui, les choses semblaient avoir bien changé. " Qu'est-ce que tu fous au Canada, Allison ? Pourquoi si loin ? " lui attrapant le bras avec fermeté.
" Le boulot.. "
" Ouais, j'ai vu l'écusson... et tes cicatrices." Sa phrase sonnait comme une pique. "Tu as disparu après Ilvermorny."
"Quelle importance ?! Chacun suit sa voie après l'école."
"Pour moi, ca l'était. Je t'ai cherché, jusqu'à l'appartement de tes parents qui m'ont dit que tu t'étais enrôlée et que tu étais partie sans qu'ils ne sachent où. Tu as tourné le dos à tout le monde, fuis tout le monde, pourquoi ? "
" Je n'ai pas d'explication à te fournir. C'est ma vie."
"Et que les autres s'inquiètent pour toi, tu t'en fous ? Merde, Allison. J'étais mort d’inquiétude. Tu es toujours tellement, tellement..."
"Quoi ? je suis quoi Mr Parfait et prétentieux, me roulant dans des draps d'hôtel de luxe en paradant ?"
"Butée ! Tu es butée, Allison. Tellement que tu ne vois jamais ce qu'il y sous tes yeux. Par Merlin, tu n'as pas changé d'un véracrasse. Toujours en train de te braquer et de te révolter pour tout sans prendre le temps de réfléchir deux secondes. Ce n'est pas possible que tu mettes ton orgueil de côté, le temps d'un tour de balai, nom d'une harpie ?"
Elle le foudroya du regard mais ne dit rien, ravalant sa fierté. " Qu'est-ce que tu veux dire, Wilkinson. Parle sans détour... si tu en es capable."
La conversation dura deux longues heures, les deux anciens meilleurs amis remettant les pendules à zéro, dévoilant ce qu'ils avaient sur le cœur... sauf leurs sentiments respectifs. Il aurait fallu trois années de plus, le temps qu'ils mettent de l'ordre dans leurs histoires respectives. Et une énième dispute sur les risques encourus par Allison dans cette carrière les éloignant physiquement mais également moralement. Max était souvent mort d'inquiétude pour la jeune femme qui revenait avec des blessures diverses mais pouvant être mortelles. Quant à elle, elle avait cru s'évanouir plusieurs fois en assistant à l'un de ses matchs. Si en plus d'aller à des dizaines de mètre du sol à une allure vertigineuse, la perspective de se jeter une balle explosive l'achevait, lui serrant le cœur à chaque intonation. Elle crut qu'elle ne survivrait pas au deuxième match.


-----

Allison, trente ans.
« Salut. On déjeune toujours ensemble tout à l’heure ? » La mine souriante, le ton badin mais à l’œillade enjôleuse, il se rapprocha d’elle en tentant pourtant d’être le plus éloigné. « Salut. » lui répondit-elle en laissant son regard trainer sur le jurimage Keller qui s’éloignait, ne prêtant pas attention au manège de son ami. Oubliant de répondre à sa question, déviant complètement la conversation. « De quoi tu parlais avec Keller ? » Un peu abrupte, Allison n’avait surtout aucune confiance de la politique magique. La plupart de ses membres étaient soit véreux, soit complètement endoctrinés par leur miroir et leur vantardise propre. Si elle avait accepté de venir travailler au ministère, c’était avant tout pour pouvoir revenir en Amérique et finalement pouvoir faire réellement quelque chose pour la société magique d’aujourd’hui. Sans avoir à passer par le statut de sa famille ou encore dans des branches où elle ne pourrait au final rien faire. En tant que tireuse d’élite, elle était sur le terrain et pouvait réellement agir. Par comme ses blanc-becs dans leurs bureaux. Max sembla mal à l’aise, grattant le derrière de sa tête en tentant de lui répondre mais fut coupé dans son élan. « Hey Wilkinson ! J’ai entendu la grande nouvelle, toutes mes félicitations. On a hâte de pouvoir travailler avec toi, haha. Avoir une vedette en tant que membre du magenmagot, c’est rêvé. Tu vas rafler tous les votes aux prochaines élections rien qu’avec ton sourire. Quahog n’a qu’à bien se tenir. » Une tierce personne venait de s’interposer entre eux, serrant chaudement la main du jeune homme en débitant de nombreuses paroles à la seconde. Pourtant, ses félicitations semblaient chaleureuses et sincères. Aussi sincère que le visage d’Allison ne se dépeignait, perdant de ses couleurs face à ses informations. L’inconnu se retira prestement, n’ayant pas conscience d’avoir jeté un froid entre eux et Alli’ prit la même envolée que lui, tout sourire ayant disparu de son visage accablé. « Alli’, attend ! » Max tenta de la rattraper, se fichant d’attirer l’attention sur eux alors qu’ils voulaient rester discrets. « Allison. » réussissant à lui empoigner le bras, il l’arrêta dans sa course. « Ce n’est pas.. » Il se tût en laissant passer une personne, prenant conscience qu’ils se trouvaient au beau milieu du hall du ministère, à la vue de tous. Baissant d’un ton, il ne fit pourtant pas demi-tour. « Ce n’est pas ce que tu crois.. » mais elle ne lui laissa pas le temps de continuer. « Ah non ?! Tu n’es pas en train de rejoindre la secte de Quahog avec tous ses petits politiciens aussi mini-mignons que conspirateurs et inutiles ? Ce n’est pas ce qu’il insinuait. » lâcha-t-elle comme une bombe, rageuse, à voix basse. Maxwell prit une profonde inspiration avant de répondre, sûr de lui : « Si. » Le choc fut visible sur le visage de la jeune femme qui recula instinctivement face à la réponse. « Mais pourquoi ? Pourquoi, Max ? Alors que toi et moi, on voulait se battre contre ses méthodes et ses lois absurdes qu’ils mettent en place. » Elle ne comprenait plus, ayant l’impression qu’une nouvelle personne se dessinait devant elle, sous les mêmes traits que l’être aimé. « Justement, pour pouvoir les faire tomber de l’intérieur. Allison, toi et moi, on veut choisir nos propres vies et ne plus être l’ombre de nos ancêtres pourtant, on veut se battre pour les autres. Combien de fois pestons-nous contre ses mesures qui envoient tant d’innocents en prison pour des crimes qui n’en sont pas ? » « Mais on fait quelque chose ! » pesta-t-elle, se sentant insultée à l’idée d’imaginer qu’ils ne faisaient rien pour çà. Toute sa réputation de bourrine sans règle la suivant depuis la traque des ratisseurs n’était que tricherie, servant avant tout à empêcher les brigades d’arrêter et d’emprisonner des sorciers dont le crime ne prévalait pas la peine escomptée. Toute cette peur et cet enfermement la révulsaient. La loi Rappapport allait trop loin et mettait en porte-info’ tout sorcier travaillant avec les non-maj’. Pire encore celle concernant les animaux magiques ou encore les objets non-maj. Les premiers touchés étaient souvent les enfants nés de non-maj’ ou ceux de sang-mêlés. La population était à cran et attendait beaucoup de son gouvernement. « Je veux pouvoir agir réellement sur ce problème, Alli’. Faire quelque chose qui compte et qui s’applique. En tentant de changer les lois, les mentalités, on pourra alors faire quelque chose. » Son monde s’écroulait, l’angoisse et la peur prenant le dessus. « Ils ne te laisseront pas faire. Personne n’a jamais réussi jusqu’ici. Ils te brimeront, t’élimineront ou pire, tu seras envoyé à Cocytus ! » Elle ne laisserait pas cela arriver mais pourquoi était-il si téméraire et déterminé, par la barbe de Merlin. « Sauf que je suis Maxwell Wilkinson ! Joueur fétiche de Quodpot de New York et un fils Wilkinson. Regarde le sorcier de tout à l’heure : ils veulent un Wilkinson. Parce que ce nom veut dire quelque chose. Toi et moi, on s’est toujours battus contre çà mais aujourd’hui, on peut s’en servir. On peut se servir de nos noms pour faire changer les choses. Sans tomber dans leur doctrine et les principes. » Mais Allison n’en était pas convaincue. L’enthousiasme du jeune homme ne faisait qu’accroître ses angoisses profondes de finalement le perdre, lui-aussi. C’était viscéral : Allison ne faisait pas confiance dans la politique. Jamais. " Alors tu deviendras comme eux. Pour pouvoir prendre leur place, tu deviendras comme eux. Tu comploteras, tu mentiras, tu écraseras autrui pour accéder au sommet." Une larme puis deux commencèrent à rouler sur ses joues qu'elle chasse rageusement de sa manche. Il ne serait plus l'homme qu'elle connaissait et dont elle était tombée amoureuse bien que ne lui ayant jamais dis sincèrement. Il la mena sous les escaliers adjacents, à l'abri des regards, avant de placer ses mains de chaque côté de son visage. " Jamais. Je te le promet !" Balayant de son pouce une dernière larme récalcitrantes, il finit par l'embrasser comme pour sceller ce pacte.

Et les semaines lui montreront qu’elle avait raison. Au moins sur le changement de leur relation. La politique prenait énormément de temps à Max et vu que leur relation était secrète, il était devenu plus difficile encore de le voir, les journalistes étant constamment sur son dos. Il fallait dire que le joueur fétiche de New York avait toujours eu de quoi attirer les foules. C’était le petit chouchou des New-Yorkais, en soit. Le sien également. Déjà en tant que joueur professionnel, ils ne pouvaient pas se croiser régulièrement.. sauf qu’elle en était venue à vouloir plus avec lui : pouvoir s’asseoir à une table sans craindre d’être surpris, se promener librement à l’extérieur comme un couple lambda. Officialiser les choses. Bien que cela enchanteraient leurs familles, leur couple était plus important. Sauf que cela était contrarié, notamment avec les rumeurs circulant bon train sur le compte du sorcier et de sa future fiancée… La politique et ses ravages. Jusqu'à ce fameux soir.
" Il faut que ca s'arrête."
" Grossman est plus têtu qu'un hippogriffe mais je finirai par le faire changer d'avis sans céder à son chantage. Il ne reste plus que son vote pour pouvoir mettre en place.."
" Je ne parlais pas de ta campagne."
Un blanc se forma.
" Je ne veux pas que ca s'arrête."
" Moi non plus. Mais.."
" Ne dit rien."
" Max... ca ne marche pas. Et pour pouvoir continuer, tu as besoin de te rapprocher du ministre de la Justice et finalement devenir son bras-droit. Tu dois accepter le deal. "
" Il en est hors de question. Cette pratique du Moyen-Age ne marchera pas. Je n'épouserai pas sa fille pour accéder à ce poste. Alli, tu t'entends ?!"
" Oui. Mais tu n'as pas le choix. Pour pouvoir faire quelque chose, tu te souviens." Pour la cause.
" Je ne veux pas te perdre. C'est toi que je veux. "
" ... Alors c'est moi qui le ferais. "
Et le cœur en miette mais la tête relevée aussi fièrement qu'elle le pouvait, elle sortit de l'appartement.

Depuis, les deux amis, amants, âmes sœurs, évoluent dans des contextes différents, défendant le même objectif mais jamais avec les mêmes méthodes. Allison s’emploie à devenir une tireuse d'élite appliquée et redoutable, aimant se terrer dans les ombres et surprendre avec son physique d'une jeune femme assez petite et souriante, ce qui apparaît d'emblée comme étant inoffensif. Sans Max, elle est redevenue impulsive et butée - n'ayant jamais véritablement perdue ses traits de caractéristique -, agissant avec le cœur plus qu'avec sa tête afin de rendre les rues plus sûres pour les sorciers de leur génération. Fort heureusement, elle n'est pas seule sur le coup, œuvrant avec son nouveau partenaire, qui a une façon bien particulière et personnelle de la faire rager.


Derrière l'écran
Pseudo : spf

Âge :top-secret mais majeure depuis longtemps.

Code du règlement : Validé par Adriel !

Célébrité sur l'avatar :Lily Collins

Où nous as-tu rencontrés ? sur PRD

Quelque chose à rajouter ?ADRIEL EST LE PLUS MAGNIFIQUE DE TOUS ET JE L'AIME
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Administratrice


Messages : 657
Multi-comptes : Evan


Bienvenue sur Ilvermorny ! :run: :luv: j'espère que tu te plairas parmi nous, en tout cas, j'aime beaucoup le début de ta fiche et j'ai hâte de lire la suite ! N'hésite pas à venir vers le staff à la moindre question ♥ Bon courage pour la terminer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Administratrice


Messages : 382
Multi-comptes : Louison


OMG OMG OMG BIENVENUUUUUUUUUUE  :wat:  :love:

Bon courage pour ta fiiiiiche :fire:

Juste, Ali ne peut pas être une ratisseuse, les ratisseurs sont des no-maj chasseurs de sorciers en gros :') Par contre elle peut être chasseuse de ratisseurs ! En plus, on pourrait être collègues :perv:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Modératrice


Messages : 133


Bienvenue par ici ! :ballon:

N'hésite pas à venir discuter avec nous sur la CB, j'ai hâte de t'y croiser et de te voir RP aussi. Bon courage pour la suite de ta fichette :danse:

OMG Eddie et Lily en collègues :bave:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




Merci beaucoup à vous troiiiis :huhu: :1:

Adiiii, renversons le ministère :mwaha: Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Administratrice


Messages : 382
Multi-comptes : Louison


Elle est triste ton histoire '^' Mais j'aime **
Par contre, on dit "débitant" et pas "débitèrant" et c'est "porte-à-faux", pas "porte-info" ! :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




Merci xD Je pense avoir tout changé ! Et du coup, fini ma fiche ! J'aime pas mais bon, les grandes lignes y sont What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maîtres de la Répartition


Messages : 49


Bienvenue chez les...
... Adultes !
Félicitations !Nous avons le plaisir de t'annoncer que tu es validée ! Bravo, le plus dur est derrière toi ! Le staff t'invite maintenant à venir te recenser et à réclamer ton avatar dans les différents sujets appropriés afin d'être sûr que personne ne te vole ce pour quoi tu as si durement travaillé. Une fois recensée, tu pourras enfin créer ta fiche de liens et ton journal de bord pour tenir les autres joueurs au courant de l'évolution de ton personnage. Selon ton envie, tu peux aussi directement te mettre à RP en trouvant un partenaire. Pour ce faire, tu as la possibilité d'en trouver un qui traîne sur la ChatBox, de poster dans le sujet de recherche ou de poster un topic libre.

Si tu as des questions supplémentaires, n'hésite pas à contacter un membre du staff qui se fera une joie de te guider !

Nous te souhaitons d'agréables moments de jeu sur Ilvermorny et au plaisir de te croiser sur la zone RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
 
Allison Weiss - L'aurore croit au loin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loin des yeux, près du coeur [Aurore]
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Stephen Weiss
» Loin des rires... [PV Kilip Jino]
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ilvermorny ::  :: Répartition :: Fiches validées-